Le crash-test des banques européennes !

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

L’Autorité bancaire a annoncé le 1er Février 2018 le lancement d’un nouveau «stress-test». Son objectif est d’évaluer le seuil de résistance des établissements financiers européens en cas de crise économique.

Ne pas reproduire les erreurs de 2008

L’Autorité bancaire européenne et la BCE vont évaluer la capacité qu’ont les banques à résister à une crise de l’ampleur de la crise des subprimes. 48 établissements, représentant 70 % des actifs bancaires européens, vont être testés à travers plusieurs simulations. Ils devront tout d’abord faire face à une récession de deux ans puis à une crise de l’immobilier.

D’autres cas de figures vont aussi être jugés tels que l’augmentation de la dette publique ou privée et le manque de liquidités. Les établissements européens devraient être en mesure de gérer toutes ces situations, qui ont causé ou résulté de la crise de 2008. Cependant, le précédent stress-test réalisé en 2014 a mis en lumière les limites des systèmes bancaires européens.

Les banques françaises vont-elles renouveler leurs bons résultats?

Les banques françaises ont toutes passé les tests de 2014 sans encombre. Au contraire, la banque allemande Deutsche Bank et la banque italienne Monte Dei Paschi di Siena n’ont pas réussi à se montrer à la hauteur du défi.

La nouvelle formule du «stress-test» mettra plus durement à l’épreuve nos établissements bancaires et permettra de débusquer plus facilement les plus fragiles. Les résultats paraîtront le 2 Novembre 2018.