D'après Anne Hidalgo, en 2017, Paris a connu « une baisse record du trafic automobile »

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

A la veille du premier conseil de Paris de l’année, la maire socialiste de la capitale a accordé une longue interview au Journal du Dimanche.

« La circulation se fluidifie » à Paris, assure la maire

Elle y dévoile ses mesures pour améliorer la propreté dans les rues de la capitale, diminuer la présence de rats, et revient sur le nouveau système de verbalisation des automobilistes qui n’auraient pas payé le parcmètre.

Elle évoque aussi le trafic automobile : « en 2017, dit-elle, Paris a connu une baisse record du trafic automobile : le nombre de voitures en circulation a diminué de 4,8?% par rapport à 2016. C’est considérable ! ».

En septembre 2017, il aurait même baissé de 10% par rapport à l’année précédente, et de 8% en octobre. Cette baisse se poursuit en 2018 : en janvier, le trafic a encore reculé de 4,5% par rapport à 2018. En somme, « la circulation se fluidifie » d’après elle.

La maire y voit évidemment « les fruits de [sa]politique de transport ».

Bientôt une capitale plus propre ?

Quant au fait qu’une partie de la population parisienne et francilienne est exaspérée par sa politique de réduction de la place de l’automobile dans la capitale, elle répond que « neuf Parisiens sur dix n’utilisent pas la voiture pour se rendre à leur travail. Tout comme huit Franciliens sur dix qui viennent travailler à Paris. J’aimerais qu’on donne davantage la parole à cette immense majorité ».

Anne Hidalgo explique également dans l’interview que pour améliorer la propreté dans Paris, « il y aura des équipes volantes de nettoyage pour être plus réactif, une extension des horaires de balayage en soirée, ou encore des marchés spécifiques pour les sites les plus touristiques ».