En Europe, le salaire minimum varie grandement d'un pays à l'autre

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

Le rideau de fer n’existe plus, mais dans la réalité, mieux vaut être salarié en France ou au Luxembourg qu’en Bulgarie ou en Roumanie.

Luxembourg et Bulgarie aux antipodes

D’après une étude menée par Eurostat, l'office de statistique de l'Union européenne, les niveaux de salaire minimum varient considérablement selon les États membres de l’Union européenne . Le salaire minimum national s’applique généralement à l’ensemble des salariés du pays ou, du moins, à une grande majorité d’entre eux. Il est fixé par voie législative, souvent après consultation des partenaires sociaux, ou directement par accord intersectoriel national.

Au 1er janvier 2018, le niveau du salaire mensuel minimum variait considérablement d’un État membre à l’autre, de 261 €en Bulgarie à 1 999 €au Luxembourg, soit un salaire minimum huit fois supérieur !

Eurostat distingue trois grands groupes de pays : en plus de la Bulgarie, huit autres pays ont un salaire minimal mensuel inférieur à 500€: la Lituanie (400€), la Roumanie (408€), la Lettonie (430€), la Hongrie (445€), la Croatie (462€), la République tchèque (478€), la Slovaquie (480€) et l'Estonie (500€).

Cinq pays versent un salaire minimal compris entre 500€ et 1000€: 677€ pour le Portugal, 684€ pour la Grèce, 748€ pour Malte, 843€ pour la Slovénie et 859€ pour l'Espagne.

Enfin, parmi les pays dont le salaire minimum est supérieur à 1000€, on trouve le Royaume-Uni (1401€), l'Allemagne (1498€), la France (1498€), la Belgique (1563€), les Pays-Bas (1578€) et l'Irlande (1614€), loin derrière le Luxembourg. Les salariés de l’Hexagone feraient donc partie des mieux lotis de l’Union.

Une Europe à deux vitesses ?

Comme le souligneLe Figaro, ces chiffres font apparaîtredes disparités importantes entre les différents pays de l'Union européenne, en particulier entrel'Europe de l'Est et l'Europe de l'Ouest et du Nord.

Cette situation n’est pas nouvelle, et la convergence des salaires au sein de l’UE, appelée de ses vœux par le président Emmanuel Macron dans le cadre de la refondation de l’Europe, ne sera pas aisée.