Une majorité de Français ne croient pas que leur pouvoir d'achat va augmenter

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

Près d'un Français sur deux pense que les mesures du gouvernement vont réduire sonpouvoir d'achat cette année, selon un sondage Elabe réalisé pour Les Echos, Radio classique et l'Institut Montaigne. Pourtant, le gouvernement ne cesse de clamer le contraire !

Une hausse du pouvoir d'achat promise par l'exécutif

Promis, juré, les Français vont voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, en vertu des réformes entreprises par le gouvernement, notamment celle sur les cotisations sociales. Le Premier ministre n’a de cesse de le répéter ces dernières semaines. Récemment, deux de ses ministres lui ont emboîté le pas.

Les réformes engagées « réduiront les prélèvements sur les Français de près de 2 milliards d'euros en 2018 et durablement de 5,5 milliards d'euros à compter de 2019 », ont écrit dans un communiqué Bruno Le Maire, ministre de l'Economie et des Finances, et Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics.

Lesentiment que les prix augmentent

Las, les Français n’y croient guère. Plus d'un sur deux (58 %) considère que la politique menée va dégrader leur situation financière personnelle. Seulement 8 % estiment que la politique gouvernementale va améliorer leur propre situation financière.

N’en déplaise à Emmanuel Macron et à son gouvernement, 70 % des Français ne leur font pas confiance pour améliorer leur pouvoir d'achat.

C’est simple : les Français ont le sentiment de vivre des fins de mois difficiles. 44 % d’entre eux affirment se restreindre ou ne pas avoir de revenus suffisants. Ils ont le « sentiment que tout augmente », qu’il s’agisse tout à la fois « de la CSG, du tabac, des carburants, des factures, des prix, du gaz. »

« Emmanuel Macron a enrayé le sentiment de déclassement collectif du pays, mais sur le déclassement individuel, les gens estiment qu'il n'y a pas de réponse pour eux », analyse le sondeur.