Les jeunes consomment moins de tabac, d'alcool et de cannabis qu'auparavant

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

En 2017, et pour la neuvième fois depuis 2000, l’enquête nationale ESCAPAD (Enquête sur la santé et les consommations lors de l’appel de préparation à la Défense), mise en place par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies, a interrogé les jeunes Français de 17 ans sur leurs consommations de produits psychoactifs.

Une consommation et une expérimentation en baisse

Menée dans le cadre de la Journée défense et citoyenneté, en mars 2017 auprès de 46 000 jeunes filles et jeunes garçons, cette édition fournit des éléments sur les consommations de substances psychoactives.

Ces données mesurent les niveaux d’usages des trois principales substances — tabac, alcool et cannabis — ainsi que ceux de produits illicites ou détournés plus rares. Par rapport à l’enquête ESCAPAD de 2014, les résultats de 2017 révèlent des baisses d’expérimentation et d’usage plus ou moins marquées selon les produits.

Moins de tabac, moins d'alcool et moins de drogues

La diffusion du tabac est en net recul. Alors que 6 jeunes sur 10 déclarent avoir essayé le tabac à 17 ans, l'usage quotidien diminue de 7 points, pour concerner un quart des adolescents interrogés.

L'usage d'alcool a également tendance à marquer le pas, même si deux tiers des jeunes ont bu au cours du mois écoulé, et que plus de quatre sur 10 indiquent avoir consommé au moins 5 verres en une seule occasion au cours de ces mêmes 30 derniers jours.

Pour le cannabis, on note aussi une diminution sensible des usages. Ainsi l'expérimentation passe pour la première fois depuis 2000 sous les 40 % (39,1 %). Cependant, plus l'indicateur d'usage s'intensifie, moins la baisse est marquée, et l'enquête souligne le maintien de situations problématiques.

Concernant les autres drogues illicites, les résultats de l'enquête ESCAPAD font apparaître de moindres niveaux d'expérimentation qu'en 2014, notamment pour la MDMA/ecstasy et la cocaïne.