Le retard du Vélib' n'a pas que des inconvénients pour les usagers

Le contenu de cette page est optimisée pour un chargement ultra-rapide via Google Amp. Pour accéder au site mobile, cliquez-ici

Le nouvel opérateur Smovengo devrait payer en tout 2 millions d’euros pour le retard de déploiement des vélos en libre-partage aux mois de janvier et février 2018.

Seulement 200 stations opérationnelles au 31 janvier 2018

Smovengo ne vit pas des débuts faciles. En effet, l’entreprise qui a repris les Vélib’ à JCDecaux en avril 2017 n’est pas parvenue à installer ses bornes à la date limite du 1er janvier 2018. Le 31 janvier, on ne compte que 200 stations opérationnelles dans toute l’Ile de France alors qu’il devrait y en avoir 700, soit 15% des résultats attendus pour le 31 mars 2018.

Concurrencé par d’autres opérateurs de vélos en libre-service sans borne (Gobee Bike, Obike, Ofo), le syndicat Autolib’ Vélib’ a décidé d’appliquer une amende d'un million d’euros à Smovengo pour le retard du mois de janvier et compte appliquer cette même pénalité pour février. Si la décision est validée par la justice, Smovengo sera contraint de payer 2 millions d’euros qui seraient réinvestis pour les utilisateurs.

Remboursement de ses abonnés

En compensation des retards d’installation, le syndicat a voté mercredi 31 janvier le remboursement intégral des abonnés pour le mois en cours. D’autres mesures en faveur des usagers ont été annoncées telles que la mise en place d’un plafond d’un euro pour des trajets dépassant 30 minutes.