84 % des chefs d'entreprises misent sur le numérique pour leur entreprise
    Par , Directrice de la Division Grandes Entreprises & Alliances de Microsoft France
  • lundi 25 février 2013 07:34
  • A vous de réagir
  • S'inscrire à la newsletter
  • Taille de police Réduire la taille de la police Réduire la taille de la police Augmenter la taille de police Augmenter la taille de police
  • Imprimer
  • E-mail



84 % des chefs d'entreprises misent sur le numérique pour leur entreprise cc/Flickr/newfilm.dk

La place croissante du numérique dans notre quotidien a profondément et durablement transformé nos modes de vie, nos habitudes. Une révolution technologique qui impacte également le fonctionnement interne et le développement des entreprises. En quelques années, nous avons assisté à l’effacement progressif des barrières entre sphères privées et professionnelles. Cette tendance de fond, plus que jamais d’actualité, influe considérablement sur l’évolution des fonctions métiers et des prises de décisions au sein des organisations. Si certains décideurs subissent cette transformation numérique, d’autres y voient une véritable opportunité de développement. Nous sommes convaincus que décideurs métiers et décideurs informatiques doivent collaborer pour favoriser l’innovation technologique comme vecteur de croissance pour l’entreprise. Une conviction, que nous avons confrontée à la perception des décideurs métiers dans le cadre d’une étude confiée à OpinionWay.

 

Les résultats sont sans appel : 84 % des décideurs métiers se disent convaincus des apports stratégiques du numérique pour leur entreprise. Ce chiffre fort, révèle une réelle prise de conscience de l’opportunité que représente les technologies pour la dynamique de développement de l’entreprise, et de son impact positif sur les problématiques métiers. Cette perception recouvre une réalité bien concrète. Si 84 % des budgets IT dépendent des Directions des Systèmes d’Informations**, deux tiers des décideurs métiers reconnaissent être désormais impliqués dans les prises de décisions sur le numérique, quand un tiers d’entre eux participent directement à celles-ci.

 

Deux facteurs clés semblent conditionner l’approche de ces décideurs : leur posture individuelle en terme d’adoption des technologies d’une part, et la maturité numérique de leur environnement professionnel d’autre part. Ces deux critères, une fois pris en compte et associés, permettent de mettre en lumière quatre profils de décideurs au « caractère numérique » très différent.

 

Technophiles avertis, les « Influenceurs », qui représentent près de 40 % des décideurs interrogés, sont dotés d’une vision positive du numérique et de ses atouts pour l’entreprise. Précurseurs, ils sont convaincus que le numérique permettra une transformation bénéfique de leur business model ainsi qu’une réduction des coûts internes.

 

Les « Enthousiastes », fans du numérique évoluent dans des entreprises plus traditionnelles. Ils peinent à faire entendre leur voix et luttent contre le poids de la structure. Engagés, ils perçoivent le numérique principalement comme un facilitateur d’échanges mais sont encore au premier stade de leur réflexion quant à sa capacité à faire naitre de nouvelles façons de travailler.

 

Les « Réticents » sont moins technophiles que la moyenne, bien qu’ils bénéficient d’un environnement technologique favorable au sein de leur entreprise. Ils sont parfaitement conscients de l’impact du numérique sur la transformation de leur business model. Et précisément, nous avons pu déceler une certaine crainte du changement chez les décideurs de cette catégorie qui, par ailleurs, ont du mal à percevoir le bénéfice qu’ils peuvent en tirer au niveau de leurs modes de travail.

 

Dernier profil, les « Spectateurs ». Ni vraiment technophiles, ni vraiment stimulés par leur entreprise, ils se positionnent clairement comme attentistes. Ils apparaissent peu concernés par la révolution numérique dont ils ne perçoivent pas l’impact sur la transformation de leur business model ou les processus de décision.

 

A partir de cette grille de lecture, il est aisé d’identifier parmi l’ensemble de ces décideurs, ceux, qui ont compris les enjeux des technologies pour leur métier et qui, à ce titre, sont des populations particulièrement observées et suivies par Microsoft. Si les « Influenceurs » sont des ambassadeurs du numérique en entreprise et sont moteurs dans l’évolution de leur business et son développement, nous accordons une importance toute particulière aux « Enthousiastes ». Ces derniers peuvent en effet s’avérer des acteurs clés de l’innovation au sein de leur propre organisation. Déjà conquis par les apports du numérique dans leur vie personnelle, ils doivent pouvoir, s’ils sont bien accompagnés, approfondir leur réflexion et envisager les technologies dans leur globalité et comme partie intégrante de leur stratégie de croissance. C’est par eux que la transformation numérique de l’entreprise se démocratisera.

 

Autre fait marquant, au-delà de la définition de profils-type, ces résultats confirment à mes yeux, la présence de deux tendances de fond du numérique que sont la « Consumérisation de l’IT » et le « Bring-Your-Own-Device ». Les décideurs métiers abordent en effet la question du numérique d’abord d’un point de vue personnel avant de la porter au niveau de l’entreprise. Et ce, quelle que soit leur fonction, quel que soit leur secteur d’activité. Près de 60% des décideurs métiers sont réceptifs aux nouvelles technologies et 13% d’entre eux se considèrent même comme des early-adopters sur le plan personnel. Pour autant, ils ne sont encore que 31% à utiliser un équipement personnel dans leur vie professionnelle.

 

Si nous dressons des perspectives à cinq ans, l’impact du numérique se portera, pour 92 % des décideurs métiers, sur les relations que l’entreprise entretient avec ses publics externes, clients, prestataires et partenaires. Le numérique réformateur des processus métiers et facilitateur d’échanges en quelque sorte. Une équation gagnante, synonyme de croissance, que décideurs métiers ainsi que DSI devront résoudre ensemble.

 

La révolution numérique est en marche au sein des entreprises et elle se réalisera d’autant mieux que ces deux mondes collaboreront étroitement pour en tirer les meilleurs bénéfices. Microsoft l’a bien compris et entend, plus que jamais, s’engager à leurs côtés pour réussir cet enjeu majeur de transformation, levier de croissance des entreprises. Digital is business !

Nathalie Wright a rejoint Microsoft France en juin 2009 pour prendre la direction de la division Secteur Public au sein du  du Comité de Direction de Microsoft France. Nathalie Wright pilote également le programme « diversité » chez Microsoft France. Dans ce cadre, elle œuvre pour l’avancement et la promotion des femmes, auxquels Microsoft est très attaché. Elle est d’ailleurs membre de l’association Women in Leadership (WiL) et co-responsable du groupe de travail « Women » à la Chambre de Commerce Franco-américaine (AmCham).

Depuis Novembre 2011, Nathalie Wright remplace Vincent Demange qui a été appelé à de nouvelles fonctions à la tête de la Division Grandes Entreprises & Alliance. Elle a pour principale mission de superviser et développer le portefeuille des grands clients de la filiale, grâce à l’orchestration de stratégies business ambitieuses et innovantes.

De 2005 à 2009, elle a travaillé chez AT&T comme « Vice-présidente Europe du Sud » en charge de la stratégie commerciale pour la France, l’Italie, l’Espagne et le Moyen-Orient. Cette expérience et les différentes positions de manager occupées chez MCI-Worldcom de 1999 à 2004 lui ont permis de piloter avec succès l’évolution de l’entreprise, notamment sur les grands comptes en France et à l’international. Elle a débuté sa carrière en 1987 chez Digital puis chez Newbridge Networks.

Titulaire d’une Maitrise de sciences économiques et d’un 3ème cycle à l’IAE Paris, Nathalie a suivi un Advanced Management Program (AMP) à l’INSEAD. Elle a été décorée de la Légion d’Honneur en janvier 2011.


Ecoquick

Prev Next

Une entreprise sur deux compte embaucher en 2014

Si c’était réellement le cas, les problèmes de chômage du gouvernement seraient donc bel et bien résolus ! D’après une note de l’Apec, ... Lire la suite

Immobilier : les prix du marché ont baissé en 2013

L’accession à la propriété n’est certes pas la priorité numéro un des Français à l’heure actuelle, mais certains ont peut être raté une... Lire la suite

Bitcoin : MtGox liquidé, les clients appelés à se manifester

Si vous aviez un compte en bitcoins sur MtGox, dépechez-vous d'agir. L'administrateur judiciaire de la plateforme MtGox sise au Japon, ... Lire la suite

S'inscrire à la newsletter

   
Economie Matin
CAC40 4,450.88 ▼0.20 (0.00%)
DowJones 16,495.59 ▼6.06 (-0.04%)
Nikkei $14,404.99 ▼141.28 (-0.97%)
INDEXEURO:PX1

CAC40

Company ID [INDEXEURO:PX1] Last trade:4,450.88 Trade time:4:05PM GMT+2 Value change:▼0.20 (0.00%)
INDEXDJX:.DJI

DowJones

Company ID [INDEXDJX:.DJI] Last trade:16,495.59 Trade time:10:20AM EDT Value change:▼6.06 (-0.04%)
INDEXNIKKEI:NI225

Nikkei

Company ID [INDEXNIKKEI:NI225] Last trade:$14,404.99 Trade time:3:00PM GMT+9 Value change:▼141.28 (-0.97%)

Les + lus

Smartphone et tablette

economie matin-300x520

A la Une

Une entreprise sur deux compte embaucher en 2014

Une entreprise sur deux compte embaucher en 2014

Si c’était réellement le cas, les problèmes de chômage du gouvernement seraient donc bel et bien résolus ! D’après une n...