Sarko revient en politique car le business a été une cata

1 MILLIARDS €
Le projet de fonds d'investissement Columbia de Nicolas Sarkozy, qui
nécesitait 1 milliards d'euros, a été un échec total.

C'est ce que semble montrer l'enquête qu'a menée Libé sur l'éphémère histoire du fonds d'investissement qu'à voulu monter Sarko. On vous résume.


A l'automne 2012, l'ineffable Alain Minc et Stéphane Courbit (son protégé) vendent à Sarko l'idée de monter un fonds d'investissement. Ils ont trouvé le nom (Columbia), le siège (Luxembourg + bureaux à Londres et un plus "petit" à Paris), reste à trouver entre 500M et 1Md€. Et c'est à ça que Sarko, President of The Advisory Committee du fonds, et son carnet d'adresses vont servir.


Entre fin 2012 et début 2013, tout roule pour la start-up. Sarko profite de ses conférences bien rémunérées et des jets loués par Courbit pour ferrer des gros poissons, en particulier Hamad ben Khalifa Al Thani, un très proche de l'émir du Qatar, pays objet de toutes les attentions du quinquennat Sarkozy... et qui finit par s'engager à investir 200M€ dans le fonds.


Hélas, le 19 février 2013, Courbit est mis en examen... et les investisseurs s'évanouissent. "En quinze jours, Columbia était mort..." Pas Sarko.

Le 7 mars 2013, Sarko évoque pour la 1ère fois son comeback en déclarant à Valeurs Actuelles qu'il sera peut-être "obligé" de revenir en politique "par devoir"

Pour lire plus d'articles inratables de l'actualité qui buzz,

rendez-vous sur le site de notre partenaire Time To Sign Off


A découvrir