Les APL baissées pour 650 000 foyers à cause de leur épargne ?

15,5 MILLIARDS €
Le gouvernement verse chaque année 15,5 milliards d'euros d'APL.

La deuxième réforme des Aides Personnalisées au Logement (APL) que veut lancer le gouvernement en cette année 2016 ne cesse de s'attirer les ires des associations. Dans l'idée, le patrimoine des ménages sera pris en compte dans le calcul de ces aides dès lors qu'il est supérieur à 30 000 euros. Dans ce patrimoine seront comptés les biens immobiliers mais également l'épargne placée sur les livrets défiscalisés.

Après la Confédération Nationale du Logement (CNL), c'est au tour de la Confédération Syndicale des Familles (CSF) d'en appeler au bon sens du gouvernement...

La nouvelle réforme des APL va coûter cher aux ménages

La CSF s'indigne de cette nouvelle attaque contre les ménages modestes de la part du gouvernement alors même qu'ils sont la cible principale de la future baisse des impôts d'un milliard d'euros. "Le patrimoine non imposable (livret A, livret d’épargne populaire ou résidence secondaire non louée) supérieur à 30.000 euros sera pris en considération pour le calcul des aides au logement" synthétise, sans erreur, la CSF dans son communiqué.

Les ménages modestes se retrouveront dans une impasse, selon la CSF, surtout s'ils ont hérité d'un appartement qui se retrouverait, de fait, inclus dans ce calcul alors même qu'ils ne pourraient pas en faire leur résidence principale. Les logements "sont éloignés des zones d'emplois ou impropres à l'habitation". Mais leur valeur, elle, va être prise en compte.

De plus, selon la CSF "les locataires ayant économisé pour faire face à un accident de la vie seront ainsi pénalisés" puisque leur épargne défiscalisée, si elle est supérieure à 30 000 euros, entrera également en compte dans le nouveau calcul des aides au logement.

650 000 ménages touchés après les 80 000 de la première réforme

En juillet 2016 la première réforme des APL avait déjà causé des dégâts : lorsque le loyer payé est trop élevé, les familles voient leurs APL baisser jusqu'à extinction. 80 000 ménages auraient été touchés par cette première réforme et, selon les informations du Figaro, 15 000 auraient perdu totalement leurs aides.

La prise en compte du patrimoine, selon la CSF, pourrait toucher quelques 650 000 ménages modestes "qui verront leur aide au logement diminuée". Toutes les associations, y compris la CNAF (Caisse Nationale d'Allocations Familiales) pourtant première concernée par cette réforme puisque c'est elle qui verse les APL pour un montant de 15,5 milliards d'euros par mois, ont émis un avis défavorable sur cette nouvelle réforme.

Mais le gouvernement, pour l'instant, n'a pas fait machine arrière.


A découvrir