La DDPP condamne Cdiscount à une amende de près d'un million d'euros.

986.432 EUROS
Cdiscount fait appel de cette sanction de 986.432 euros prononcée par
la DDPP.

Le groupe d'e-commerce Cdiscount a été condamné lundi 22 février 2021 à une amende de près d'un million d'euros par la direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Gironde.

Une amende de près d'un million d'euros à l'encontre de Cdiscount

Le groupe Cdiscount, dont le siège social est basé à Bordeaux, a été visé par une enquête de la direction départementale de la protection des populations (DDPP) de Gironde. Cette enquête a entraîné une sanction financière à l'encontre de Cdiscount. Ainsi, dans son rapport publié lundi 22 février 2021, la DDPP inflige une amende administrative de 986.432 euros à Cdiscount pour « défaut d'un récapitulatif de commande conforme concernant l'abonnement Cdiscount à Volonté. »

L'instance qui veille au respect des règlements de protection des consommateurs a estimé à la suite d'une enquête menée à la fin de l'année 2020, que Cdiscount ne respecterait pas les procédures d'information du consommateur en vigueur. Son abonnement « Cdiscount Volonté » est pointé du doigt par la DDPP, qui estime que le groupe n'a pas suffisamment informé les consommateurs qu'ils souscrivaient à un abonnement payant annuel.

Le groupe Cdiscount fait appel de la décision de la DDPP

Face à cette sanction, le groupe bordelais a confirmé au journal Sud-Ouest son intention de faire appel de cette décision. Cdiscount a confié que le groupe « conteste formellement cette décision tant sur son fondement que sur son montant ». Le Bordelais a également indiqué au quotidien avoir déposé dès décembre 2020 un recours auprès des autorités administratives.

Ce n'est pas la première fois que Cdiscount se fait épingler par la justice. En 2006, le groupe avait été condamné pour « publicité mensongère et infraction à la législation des soldes ». Puis en 2008 rebelote à la suite d'une enquête d'UFC-Que-Choisir, l'entreprise est contrainte de retirer les clauses abusives présentes dans ses conditions générales de vente.


A découvrir