Covid-19 : la fraude bancaire ne désemplit pas malgré la crise

660 MILLIONS ?
En 2020, les escroqueries bancaires représentent plus de 660 millions
d'euros selon UFC-Que Choisir.

L'association UFC-Que Choisir a publié jeudi 22 octobre 2020, une étude mettant en lumière que 30% des fraudes bancaires n'étaient pas remboursées par les banques.

Une augmentation significative du nombre de fraudes

Depuis le début de la crise sanitaire, les paiements par Internet et sans contact se sont multipliés pour permettre aux gestes barrières de freiner correctement l'expansion de la pandémie. Cependant, les fraudes bancaires n'ont pas non plus freiné leur activité et l'association UFC-Que Choisir met en avant dans une enquête parue jeudi 22 octobre 2020, que 30% des fraudes ne sont pas remboursées par les banques.

La progression a été très forte pour les paiements sans contact qui depuis le déconfinement ont bondi de 67%, pour les paiements à distance, la hausse est moins forte mais reste significative, +13%. Des nouvelles habitudes de paiement qui engendrent de nouveaux risques. Le paiement sans contact est deux fois plus fraudé que celui par carte bancaire avec code secret. Le paiement à distance est de son côté dix-sept fois plus fraudé, le risque est donc beaucoup plus grand qu'avec le paiement par carte avec code secret.

Selon UFC-Que Choisir, les escroqueries pourraient connaître une hausse de 20% pour l'ensemble de l'année 2020 et amasser un butin de plus de 660 millions d'euros. Ces chiffres sont en augmentation permanente : en 2018, la fraude bancaire représentait un détournement de 450 millions d'euros.

Une sécurité des banques obsolète

UFC-Que Choisir rappelle que les banques bien qu'en retard dans la sécurisation de ces modes de paiement à distance, rembourse également de moins en moins. Selon UFC-Que Choisir, une personne sur trois, n'est pas remboursée, soit 30% et une augmentation de 4 points en comparaison à l'année dernière. Principale opposition faite aux victimes, leur manque de vigilance et donc une accusation de négligence qui leur oppose tout droit à un remboursement.

Une accusation qui, selon l'association, n'est plus cohérente puisque le système de sécurité 3D-Secure des banques est considéré par le gouverneur de la Banque de France comme obsolète. Les démarches lourdes sont également faites pour décourager le consommateur dans sa démarche de remboursement.

Le risque de la fraude bancaire par paiement sans contact est celle à maîtriser d'urgence. En effet, avec la crise sanitaire, les plafonds de paiement ont été élevés à 50 euros et le sans contact peut être utilisé jusqu'à cinq fois de suite ou un montant cumulable de 150 euros sans avoir à composer le code secret de la carte.


A découvrir