Arnaque : un Airwrap de Dyson gagné sur Instagram (c'est faux !)

500 EUROS
L'Airwrap de Dyson coûte environ 500 euros.

Depuis quelques jours, sur Instagram, le réseau social propriété de Facebook, une nouvelle arnaque a fait son apparition. Du moins, nouvelle dans la forme, mais très ancienne dans le fond. Comme toujours, il s’agit de récupérer des données bancaires de manière frauduleuse, avec comme appât un produit très cher bradé. Dans le cas précis il serait même gratuit.

Quelques euros pour un Dyson Airwrap ?

Plusieurs signalements, notamment sur le site Signal-Arnaques, ont été effectués : plusieurs personnes ont reçu une voire plusieurs fois des messages leur annonçant avoir « gagné » un Dyson Airwrap. Pour qui ne connaîtrait pas le produit, il s’agit du sèche-cheveux haut-de-gamme de la marque, vendu 499 euros sur Internet dans sa version complète de tous les accessoires. Mais ce ne serait pas le seul produit Dyson concerné.

Pour le récupérer, le message annonce qu’il suffit de payer les frais de port, soit un à deux euros, selon les versions de l’arnaque. Un lien vers un site, « airwrapsupersonic.site », mais aussi d’autres adresses comme « dysonairwrap.space » (ne vous y rendez pas), est ajouté au message.

Pas de sèche-cheveux, mais un abonnement forcé à plus de 70 euros par mois

Cette page n’est en réalité qu’une arnaque pure et simple : une fois les coordonnées bancaires insérées, la victime s’abonne à un service non mieux défini pour une somme conséquente. L’abonnement coûterait 37 euros tous les 15 jours, soit 74 euros par mois. Quant à savoir à quoi la victime s’abonne, c’est un mystère. L'Airwrap, lui, n'arrivera bien évidemment jamais à destination...

Naturellement, outre cet abonnement, il est possible que les pirates conservent les données bancaires pour les vendre sur Internet, par exemple, ou pour réaliser d’autres opérations frauduleuses.

Dans le cas où vous auriez inséré vos coordonnées, il convient de prévenir la banque pour qu’elle bloque les prélèvements douteux et vous rembourse le cas échéant. Surveillez vos comptes bancaires.


A découvrir