Google : un adblocker pour Chrome ?

19,5 MILLIARDS $
Google a engrangé 19,5 milliards de dollars de bénéfice en 2016.

Le Wall Street Journal a une nouvelle fois balancé une véritable bombe le 19 avril 2017 : le géant Google, leader du marché de la publicité en ligne devant Facebook, serait en train de développer une fonctionnalité qui existe déjà et qui ne manque pas de poser de gros problèmes aux éditeurs de sites Internet. Dans ses cartons il y aurait un adblocker, un bloqueur de pub.

De plus en plus d’internautes bloquent les publicités

Le plus connu de tous les adblockers est AdBlock mais il en existe nombreux, plus ou moins gratuits. Le principe est simple : le logiciel installé dans le navigateur bloque l’affichage des publicités pour l’internaute. Ce dernier apprécie car les publicités peuvent parfois être invasives ou ennuyantes… mais l’éditeur du site ne gagne plus d’argent. L’écosystème même de l’information sur Internet est donc menacé par cette pratique.

AdBlock est toutefois un service tiers. Que Google, comme le révèle le WSJ, ait dans ses cartons un bloqueur de pubs paraît étrange : Google est également perdant lorsqu’une publicité ne s’affiche pas sur un site puisque la régie est payée en fonction du nombre d’affichages ou de clics.

Mais en réalité une telle décision de la part de Google ferait sens : elle vise à améliorer l’expérience utilisateur non pas en bloquant toutes les publicités mais en filtrant celles qui ne répondent pas aux standards de la communauté.

Un bloqueur de pub sur Chrome pour contrer les bloqueurs de pub…

Si Google n’a pas fait de commentaire sur le projet, comme le précise le WSJ, il semblerait que l’idée derrière la tête du géant de Mountain View soit plus complexe. Le bloqueur de pubs que serait en train de développer Google ne fonctionnerait que pour son navigateur maison, Chrome, qui est également le navigateur le plus utilisé du monde.

Le bloqueur de pubs ne serait pas un filtre total : il viserait les publicités qui ne répondent pas aux demandes de la « Coalition for Better Ads » qui estime, par exemple, que les pop-ups ou les publicités vidéos dont le son est joué automatiquement sont négatives pour l’expérience utilisateur et ennuyeuses pour les internautes.

On ne sait pas encore si Google décidera de continuer sur ce projet ou pas. S’il continue, il se pourrait que ce nouveau système permettra de réduire le nombre d’internautes qui utilisent des bloqueurs de pubs plus agressifs. Dans le cas du bloqueur de Google, seuls certains sites ou certaines publicités seraient pénalisés obligeant les éditeurs à montrer patte blanche et à se conformer à ce que demande l’industrie.


A découvrir