Cyber espionnage : Le gouvernement américain veut bannir Huawei

24,4 MILLIARDS ?
En 2016, le chiffre d'affaires de Huawei s'élevait à 24,4 milliards
d'euros

Plusieurs patrons de services de renseignement se sont déclarés contre un contrat entre Huawei et la firme américaine AT&T, craignant que le constructeur fasse de l’espionnage pour l’Etat chinois. Menace réelle ou délire paranoïaque ? 

Les Etats-Unis craignent un cyber espionnage

Le 13 février, six patrons de services de renseignement se sont opposés au contrat qui devait être signé entre Huawei et AT&T. Parmi eux, les patrons du FBI, de la CIA et de la NSA donnent plus de crédibilité aux soupçons que nourrissent les Américains envers la marque chinoise. Celle-ci est en effet accusée par le Congrès d’être trop proche de l’Etat chinois et de participer à une politique de cyber espionnage. Ses routeurs, appareils par lesquels transitent l'ensemble de nos données informatiques, pourraient collecter les données économiques.

Huawei n’est pas la seule marque chinoise à soulever de telles interrogations. Le fournisseur d’équipement télécom ZTE est lui aussi visé par une enquête et ne parvient pas à trouver de partenaire aux Etats-Unis.

Des doutes partagés

La vague de doute autour des liens qu'entretient la marque chinoise avec l'Etat s'est propagée en dehors des Etats-Unis. Le Canada et le Royaume-Uni se sont peu ou prou alignés sur la même ligne politique face à Huawei. Le ministère du commerce chinois conteste de son côté de telles accusations, qualifiant les pratiques américaines de « discriminatoires ». Il rappelle que Huawei est déjà implanté dans plus de 150 pays et qu’aucun problème n’a été noté.

Huawei est notamment présent en France, où il a pu facilement s’installer, notamment grâce à Orange. Le fournisseur français a en effet choisi de renoncer à développer son propre réseau cloud professionnel pour choisir d’utiliser les serveurs et les logiciels de Huawei. Il est encore impossible d’affirmer qu’Orange risquerait un cyber espionnage, mais les noms qui viennent s’additionner aux Etats-Unis à l’encontre du constructeur chinois rendent la menace bien plus réelle.


A découvrir