Les États-Unis en récession... une première depuis plus de 10 ans

2 %
En 2019, la croissance des États-Unis avait été de 2%.

Si la croissance des États-Unis n’était pas comparable à celle de la Chine, elle avait l’avantage d’être continue, trimestre après trimestre. Mais la crise sanitaire du coronavirus a frappé durement le pays qui est désormais le plus touché en termes de nombre de cas et de décès. Et la croissance s’est heurtée à un mur.

Les États-Unis entrent officiellement en récession

C’était attendu, mais jusqu’à lundi 8 juin 2020 ce n’était pas officiel : c’est chose faite. C’est le National Bureau of Economic Research (NBER), organisme privé, indépendant et faisant autorité, qui l’annonce : en février 2020 les États-Unis sont entrés dans une période de récession. Toutefois, cette annonce est un peu particulière : contrairement à la France, qui est entrée dans une récession plus « officielle » avec une chute de l’économie au quatrième trimestre 2019, au premier trimestre 2020 et au deuxième trimestre 2020 (les chiffres ne sont pas connus, mais une chute du PIB ne fait que peu de doutes), le NBER estime que la récession est là même si la baisse du PIB ne s’est pas encore prolongée sur deux trimestres.

Pour les experts « la magnitude sans précédent du déclin de l'emploi et de la production, et son étendue à l'ensemble de l'économie méritent de présenter cet épisode comme une récession, même si elle devait s'avérer plus courte que les contractions précédentes ». Date de l’arrêt de la croissance : février 2020, mois durant lequel l’économie américaine a connu un « pic ».

5% : l’ampleur de la chute du PIB au premier trimestre 2020

Si le NBER se permet de dire d’ores et déjà que les États-Unis sont en récession, c’est pour une simple raison : au premier trimestre 2020, le PIB aurait chuté de 5%. Or, si le mois de février a connu un pic de croissance, « un apogée » comme il l’écrit dans son communiqué, cela signifie que la baisse est imputable exclusivement au mois de mars 2020.

Pour le deuxième trimestre 2020, les États-Unis devraient, comme dans l’ensemble des pays touchés par la pandémie, connaître un PIB en chute libre. Les experts s’attendent à un PIB en baisse de 20% environ alors que des dizaines de millions d’Américains se sont inscrits au chômage et que, qui plus est, les manifestations liées à la mort de George Floyd se poursuivent dans tout le pays.

La fin de plus de 10 ans de croissance continue

L’annonce d’une entrée officielle en récession pour les États-Unis est d’autant plus importante que, contrairement aux pays de l’Union européenne dont la croissance était fluctuante, les États-Unis étaient en croissance continue depuis la crise de 2008.

Comme le souligne le NBER, les chiffres du premier trimestre 2020 signent « la fin de l’expansion » entamée en juin 2009. Une expansion qui a duré 128 mois consécutifs, soit plus de 10 ans.


A découvrir