A vendre : gratte-ciel chinois de 39 étages, très peu servi

71 millions €
Le gratte-ciel chinois sera mis en vente sur le web pour 71 millions
d'euros.

Un gratte-ciel chinois de 39 étages va être prochainement mis en vente aux enchères, sur Internet, pour un prix d’appel de 71 millions d’euros.

Un gratte-ciel chinois à vendre aux enchères sur le web

A l’heure où les reventes de cadeaux de Noël sur Internet vont bon train, la justice chinoise s’apprête à mettre en vente aux enchères, sur le web également, un article qui aurait bien du mal à trouver une place sous le sapin. Il s’agit en fait d’un gratte-ciel situé dans le nord du pays, à Taiyuan, dans la province du Shanxi. L’édifice de 39 étages est mis en vente au prix de base de 553 millions de yuans, soit 71 millions d’euros.

Ce gratte-ciel est presque achevé. Sa construction avait débuté en 2006. La mise en place de l’édifice avait ensuite été interrompue en 2010, faute d’argent pour terminer le chantier. La tour en question devait initialement accueillir un hôtel. Cela ne se fera jamais. On peut donc affirmer qu’à part les ouvriers qui ont œuvré sur le chantier, personne ou presque n’a foulé les étages du gratte-ciel.

Un immeuble (presque) terminé

Le 2 janvier prochain, sera donc mis en ligne l’annonce de vente aux enchères du bâtiment. C’est le site Taobao, leader de la vente en ligne en Chine, qui a été choisi par la cour suprême du Shanxi pour mettre en vente le gratte-ciel. Quelques photos montrant des étages remplis de matériaux de chantier ont déjà été diffusées sur Internet.

Il faudra donc essuyer poser quelques couches de peinture, finir les quelques travaux d’électricité et essuyer les plâtres avant de rendre le building totalement fonctionnel. Et si jamais vous souhaitez plutôt investir dans une montre de luxe, ou bien une voiture surpuissante, sachez que Taobao propose de nombreux autres biens confisqués, sur sa plateforme de vente !


A découvrir

Jean-Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour RCF où il est en charge de l'actualité sur web. Il a travaillé pour Perspective Entrepreneurs, Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et ancien membre de l'Association des Journalistes de Défense.