Achat immobilier : les femmes moins optimistes que les hommes !

6 %
Les femmes sont 6% de plus que les hommes à craindre de ne pas obtenir
de prêt immobilier.

Crise sanitaire oblige, le contexte économique est incertain… Cette situation n'est pas sans influer sur le moral des Françaises et des Français, ni avoir des répercussions sur leur perception de l’immobilier. Et bien qu'elles soient 40 % à penser que c'est le bon moment pour acheter un bien immobilier, au global, les femmes se montrent toutefois plus pessimistes que les hommes quant à l'aboutissement de leurs projets d'acquisition.

D’après l’étude SeLoger, les hommes et les femmes qui souhaitent réaliser un projet immobilier ont des perceptions divergentes concernant l’évolution du marché. En effet, contrairement aux hommes, les femmes qui ont un projet d’achat immobilier anticipent davantage une hausse des prix immobiliers mais également une hausse des taux d'intérêt. Elles se montrent davantage inquiètes concernant leur capacité à mener à bien le financement de leur projet.

38 % des femmes parient sur une hausse des prix de l’immobilier

Interrogées sur l'évolution du prix de l'immobilier en France, 38 % des porteuses d'un projet d'achat misent sur une hausse. C'est ce que montre une récente étude SeLoger. Quant aux hommes, ils ne sont 29 % à prévoir une augmentation des prix des logements. Les femmes anticipent également une remontée des taux immobiliers, lesquels sont pourtant proches de leurs plus bas niveaux historiques. Selon notre étude, 57 % des femmes prévoient une hausse des taux d’emprunt, contre seulement 46 % des hommes interrogés, de quoi susciter un sentiment d’urgence chez les candidates à l'achat d'un bien immobilier

Seulement 16 % des femmes pensent que leur pouvoir d’achat va s’améliorer

Il ressort de notre enquête que les porteuses d'un projet d'achat immobilier sont moins nombreuses que leurs homologues masculins à envisager que leur pouvoir d’achat puisse s’améliorer dans les six prochains mois. Si 21% des hommes le pensent, seulement 16% des femmes tablent sur une amélioration. Elles sont également plus nombreuses à estimer que leur situation s'est altérée depuis le début de la crise. Ainsi, alors que 55% des sondées considèrent que leur pouvoir d'achat est resté stable, ce sont 62 % des hommes qui partagent cet avis.

Malgré la persistance de la crise sanitaire, il est intéressant de constater que la grande majorité des acquéreurs restent confiants quant à l’obtention d’un prêt immobilier : 72 % des hommes vs 65 % des femmes. Mais si ces messieurs font la course en tête, il est permis de penser que c'est parce que les femmes se montrent plus pessimistes. En effet, à la lecture de notre étude, on découvre que 35 % des femmes craignent de ne pas obtenir leur prêt, contre seulement 29 % des hommes. Pour autant, la plupart des acquéreurs ont confiance dans l’aboutissement de leur projet d’achat, avec encore une fois une large avance chez les hommes. Jugez plutôt, 63 % d’entre eux sont confiants quant à la concrétisation de leur projet immobilier, contre 54 % des femmes.

Les femmes achètent de plus en plus seules, mais avec un budget réduit

Le fait que les craintes financières soient plus marquées chez les femmes que chez les hommes induit fort logiquement un budget - à l'achat - plus restreint pour elles. Ainsi, 68 % des projets d’achat d'un logement des sondées sont inférieurs à 300 000 €, contre 62 % chez les hommes. Rien d'étonnant, donc, à ce qu'elles se tournent vers des biens immobiliers de plus faible valeur. Pour 35% des femmes, leur projet d'acquisition affiche un prix oscilant entre 100 000 € à 199 000 €, contre seulement 29% des hommes.

En revanche, selon Empruntis, la part des femmes qui réalisent leur projet seules est en augmentation. Ainsi, parmi les projets d’acquisition en solo confiés au courtier immobilier, les femmes seules représentaient 45% des dossiers en février 2021, contre seulement 31,6 % en 2017 !  « On note une vraie évolution dans le désir d’immobilier des femmes seules mais aussi dans leur passage à l’acte : + 14 points en 4 ans ! Elles réalisent leur projet en apportant 10 % de plus que les hommes, et en empruntant 10% de moins, en raison de revenus inférieurs de 10%... », souligne ainsi Cécile Roquelaure Directrice des études et de la communication pour Empruntis.

Les femmes plus attirées par le neuf et les maisons

Pour 91 % d'entre elles, les femmes qui achètent cherchent d’abord à devenir propriétaires de leur résidence principale. Selon Empruntis, c’est même un moteur pour 88 % de leurs projets. La part des primo-accédantes est également plus élevée chez les femmes, qui sont 47 % à faire l'acquisition d'un bien immobilier pour la première fois, que chez les hommes (38 %). Les femmes sont aussi plus attirées par l'immobilier neuf (43 %) que les hommes (30 %). En revanche, ces derniers sont loin devant pour ce qui concerne l’investissement locatif : 17 % des hommes l’envisagent, contre seulement 8 % des femmes. 

Les effets du confinement tendent également à se faire ressentir plus fortement chez les femmes que chez les hommes. Elles sont, en effet, 63 % à considérer la présence d’un extérieur comme étant un critère essentiel de leur recherche, là où 55 % des hommes en font un incontournable. À la lecture de l’étude SeLoger, on constate aussi une envie de maisons plus importante chez les femmes, qui les plébiscitent à 51 %, que chez les hommes qui sont plus mitigés, 46 % d’entre eux se tournant vers un appartement.


A découvrir