Achats sur Internet : 2 produits sur 3 sont dangereux

75 %
75% des produits électriques achetés sur Internet sont dangereux.

Qu’on les achète sur le géant Amazon ou sur les sites désormais secondaires, les produits vendus sur Internet sont en majorité dangereux. Quelques semaines après une mise en garde sur les chargeurs USB par l’UFC-Que-Choisir, voilà que le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC) tire la sonnette d’alarme : la conformité des produits est loin d’être au rendez-vous.

Achats sur Internet : risque de choc électrique et même d’incendie

Le BEUC a publié le 24 février 2020 un communiqué de presse détaillant une partie des résultats de son étude sur 250 produits électriques achetés sur Internet. L’association les a achetés sur Amazon et eBay mais également sur les marketplaces AliExpress et Wish… et il tire la sonnette d’alarme : les produits ne sont pas conformes.

Les risques sont divers : choc électrique, départ de feu, risques d’étouffement… tout est possible. Le BEUC ayant testé à la fois des produits électriques, des cosmétiques ou encore des jouets, toutes les populations s’exposent à des risques en achetant sur Internet, en particulier auprès de marques méconnues provenant de l’extérieur de l’Union européenne. Et c’est bien là le problème : les produits ne sont pas conformes aux normes de sécurité en vigueur dans l’UE.

Le détail des risques par catégorie de produit

Pour mener ses tests, le BEUC a acheté 250 produits divers et a découvert que 2 sur 3 ne respectaient pas la réglementation européenne en vigueur.

Les produits électriques tels que les chargeurs USB, les adaptateurs ou encore les batteries ont un taux de défaillance de 75% selon le BEUC qui précise, justement, que les produits dangereux sont de marques inconnues ou carrément sans marque.

Sur les 29 jouets achetés, 9 avaient un taux de phtalates (soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens) supérieurs à la limite autorisée en Europe. Le taux était 200 fois supérieur à cette limite dans certains produits.

Côté vêtements, la longueur des cordons ne respectait pas les règles de conformité réduisant les risques d’accident dans 14 produits sur 16.

Les détecteurs de fumées, achetés en nombre de 4, ne fonctionnaient pas : aucun ne détectait de fumée liée à la combustion de bois, coton ou plastique. Quant aux 7 détecteurs de monoxyde de carbone (CO) testés, aucun ne détectait ce gaz.

70% des produits pour blanchir les dents ne respectaient pas le taux maximum en peroxyde d’oxygène qui doit être inférieur à 0,1% pour les produits destinés aux particuliers. Leur taux de peroxyde était supérieur à 6%, limite fixée pour les produits utilisés dans un cabinet dentaire… même les dentistes n’auraient pas le droit de les acheter.


A découvrir