Aérien : le syndicat des pilotes menace d'une grève en mai

6
Le conflit social pourrait durer plus de six jours.

L’aérien français pourrait être secoué par une forte turbulence début mai. Le SNPL, puissant syndicat des pilotes de lignes, menace en effet d’une grève entre le 6 et le 11 mai.

La Tribune révèle que ce mouvement de grogne des pilotes de ligne ne touche pas qu’Air France : en fait, ce sont toutes les compagnies aériennes françaises qui sont concernées, d’Air Caraïbes à Corsair, en passant par XL Airways ou encore Aigle Azur. Ainsi que les compagnies étrangères basées en France (c’est le cas d’Easyjet). Le SNPL a envoyé un préavis de grève au Premier ministre, Edouard Philippe, ainsi qu’à la minière du Travail Muriel Pénicaud et à la ministre des Transports, Elisabeth Borne. Les pilotes s’inquiètent de la représentativité de leur syndicat dans les futures discussions au sein d’une branche du transport aérien évoquée dans le projet de loi sur les mobilités.

Peser sur la loi sur les mobilités

Dans ce texte, qui sera examiné en commission parlementaire à partir du mois prochain, les conditions de travail dans le secteur aérien seront négociées au sein de la branche ; or, les syndicats de personnels au sol y sont majoritaires. Le SNPL craint donc de perdre son pouvoir de négociation. Une véritable « ligne rouge » pour les pilotes, qui déplore une « remise en cause » vécue comme un « préalable à la disparition de notre capacité à négocier au niveau de l'entreprise ».

Perte de représentativité

Le syndicat demande également des garanties concernant le maintien des dispositions de la caisse de retraite des personnels navigants, que la prochaine réforme des retraites devrait faire disparaître. Ce préavis de grève, qui pourrait aller au-delà des six jours prévus, interviendrait un an après les perturbations à Air France.


A découvrir