Aidants familiaux : 43 % des Français souhaitent des compensations financières

53 %
53 % des aidants familiaux sont en activité.

Selon un sondage IFOP pour Adhap Services réalisé à l’occasion de la Journée nationale des aidants (le 6 octobre 2017), 43 % des Français souhaitent que les pouvoirs publics instaurent des compensations financières pour les personnes aidant un proche dépendant.

1 Français sur 4 accompagne au quotidien un proche dépendant

En France, 26 % des adultes accompagnent au quotidien et à titre bénévole un proche dépendant, malade, handicapé ou âgé, révèle un sondage IFOP pour Adhap Services. Pour 39 % d’entre eux, il s’agit d’un parent ou d’un beau-parent, pour 21 % de leur conjoint, pour 11 % de leur enfant et pour autant de personnes d’un de leurs grand-parents. Par ailleurs, 9 % aident une personne de leur cercle amical.

L’aidant est défini comme « une personne qui vient en aide, à titre non professionnel, en partie ou totalement, à une personne âgée dépendante ou une personne en situation de handicap dans son entourage pour les tâches de la vie quotidienne ».

Selon le Baromètre des aidants 2017 réalisé par la Fondation APRIL, 75 % des aidants ont moins de 65 ans et plus et 58 % sont des femmes. 28 % des aidants apportent une aide à deux personnes ou plus. Cela, alors même que 51 % des aidants sont en activité.

49 % des Français ne se sentent pas prêts à accompagner un proche dépendant

Selon le sondage IFOP, 82 % des personnes interrogées estiment que le rôle d’aidant familial est un sujet qui inquiète les Français, mais seuls 42 % considèrent qu’il fait partie des priorités des pouvoirs publics. Par ailleurs, moins d’un tiers des personnes interrogées (29 %) estiment que le rôle d’aidant est suffisamment encadré par la règlementation.

88 % des Français estiment qu’il est nécessaire de créer un statut officiel pour les aidants familiaux. Sans surprise, ce sentiment est plus fort chez les personnes actuellement aidantes. Interrogées sur le type d’aide dont ils auraient le plus besoin, 43 % des personnes ont déclaré souhaiter que les pouvoirs publics instaurent des compensations financières pour les aidants. 39 % souhaitent un meilleur développement des services d’aide à domicile, 37 % souhaitent une facilitation des démarches administratives au nom de la personne aidée et autant de personnes souhaitent un accès facilité aux professionnels de l’aide à domicile.

51 % des personnes interrogées non actuellement aidantes se sont dit prêtes à accompagner un proche en perte d’autonomie, 49 % répondant dans la négative.

Le sondage IFOP pour Adhap Services a été réalisé par questionnaire auto-administré en ligne du 12 au 18 septembre 2017 auprès d’un échantillon de 1450 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus (méthode des quotas), au sein duquel 374 personnes aidantes ont été identifiées, plus un sur-échantillon de 394 aidants extraits d’un second échantillon national représentatif de la population française âgée de 18 ans de 1483 personnes.


A découvrir