Aides sociales : quels départements y ont le moins recours ?

86 %
L'allocation de soutien familial a un taux de recours de 86% sur
l'ensemble du territoire français

Le site spécialisé sur l’accès aux aides en France, Mes-Allocs.fr a réalisé un étude sur le niveau de non-recours aux différentes aides financières par département.

Taux de recours inégaux

D’après le baromètre de janvier 2022 sur le non-recours aux aides sociales réalisé par Mes-Allocs.fr, les taux de recours aux aides financières sociales sont inégaux selon les aides. En effet, certaines aides sociales sont moins demandées que d’autres. Ainsi, il y a un taux de recours de 47% pour la prime d’activité. Encore moins demandée, l’allocation adultes handicapés (AAH) a un taux de recours de 39%. Et l’aide financière la moins demandée, avec un taux de recours de 15%, est l’allocation éducation enfant handicapé (AEEH).

Au contraire, certaines aides sont fortement demandées en France. La plus demandée, avec un taux de recours de 88% est l’allocation de rentrée scolaire (ARS) qui vient en aide aux familles modestes pour les aider à l’achat des fournitures scolaires de leur enfant. Puis vient l’allocation de soutien familial qui vient en aide aux personnes élevant seules un enfant. Cette aide a un taux de recours de 86%. Avec 65% de taux de recours, le RSA (revenu de solidarité active) est la troisième aide la plus réclamée. La septième aide étudiée sont les aides au logement, d’après le baromètre, celles-ci obtiennent un taux de non-recours de 37% en France.

Des taux de recours inégaux selon les régions

Selon le baromètre sur le non-recours aux aides sociales, les deux départements où le taux de recours aux aides sociales est le plus élevé se trouvent dans la moitié nord du pays. Il s’agit du département du Nord, où le taux de recours des aides au logement atteint 83%, et de la Seine-Saint-Denis où le taux de recours aux mêmes aides atteint 94%.

En revanche, les départements où le taux de non-recours est le plus élevé sont dans la moitié sud de la France. Il s’agit de la Haute-Savoie, de la Creuse et du Cantal. Pour Joseph Terzikhan, fondateur de Mes-Allocs, cette disparité entre les régions s’explique par le fait que certaines régions françaises sont « moins digitalisées ou moins équipées en accompagnement, et restent plus éloignées des aides que d'autres où l'information circule plus efficacement ».


A découvrir