Air France-KLM ne veut pas acheter Alitalia

72
Alitalia a 72 ans d'existence.

Alitalia ne passera pas sous le pavillon d'Air France-KLM. La compagnie aérienne franco-néerlandaise a remis les pendules à l'heure, après que son nom a été cité comme possible repreneur par les autorités italiennes.

Surprise dans le monde du transport aérien. Ce vendredi 12 janvier, le ministre italien de l'Industrie, Carlo Calenda, annonçait les entreprises ayant déposé des offres de reprise pour Alitalia. Parmi elles, on trouve la spécialiste du low cost EasyJet, la compagnie allemande Lufthansa, le fond d'investissement américain Cerberus, et… Air France-KLM. Le ministre doit rencontrer les administrateurs d'Alitalia ce lundi afin de discuter de ces dossiers de reprise. Sauf que celui d'Air France-KLM n'existe pas.

Pas d'offre de reprise

Dans un communiqué, la compagnie aérienne a été très claire : « Groupe Air France-KLM rappelle qu'il n'a pas participé au processus lancé par les autorités italiennes pour le rachat d'Alitalia ». L'entreprise « dément » le dépôt d'une offre pour acquérir Alitalia, martèle-t-elle. Par conséquent, elle n'a eu accès à « aucune information confidentielle ». Alitalia, l'ancien fleuron italien du transport aérien, est en grandes difficultés depuis plusieurs années.

Alitalia en difficulté

L'entreprise, privatisée en 2008, n'a pas su s'adapter aux contraintes d'un marché aérien particulièrement concurrentiel, tout particulièrement sur le low cost. Elle a depuis été placée sous la tutelle de l'État, qui refuse de la nationaliser. Les administrateurs doivent donc choisir trois alternatives : la reprise, la réorganisation, ou la liquidation. Une option que les autorités italiennes veulent éviter.


A découvrir