Air France-KLM : pourquoi de nouveaux actionnaires chinois et américains ?

750 MILLIONS
Les nouveaux actionnaires d'Air France apportent 750 millions d'argent
de frais, dans le cadre d'une augmentation de capital réservée.

Il y a eu une surprise lundi de la rentrée dans le ciel français : Air France KLM a annoncé que de nouveaux actionnaires allaient entrer à son capital, mais il ne s’agit pas de n’importe quels actionnaires... des américains, mais surtout des chinois.

Et ils ne rentrent pas au capital de la compagnie aérienne "française" pour rien, puisque l’américain Deltal Airlines et China Eastern, une énorme compagnie régionale chinoise, prennent chacun 10 % du capital. Résultat, ces deux nouveaux actionnaires auront chacun droit à un siège au conseil d’administration ce qui leur permettra d’influer sur les décisions stratégiques de la compagnie.


Pourquoi cette alliance ? Tout simplement parce qu’Air France et ses nouveaux partenaires savent qu’il va y avoir de grosses turbulences dans le ciel ces prochaines années à cause de l’offensive massive des low-cost. Depuis quelques mois, notamment grâce à la baisse des prix du pétrole, et donc, du kérosène pour les avions, les prix des billets sur les vols moyens et surtout long courriers se sont effondrés. On peut partir aux Etats-Unis pour moins de 400 euros aller-retour... Les vols intra-européens à 30 euros l’aller simple sont légion.


Conséquence, les compagnies traditionnelles que sont Air France KLM, Delta et China Eastern, doivent se serrer les coudes pour tenter de fidéliser leur clientèle, mais aussi, afin de mieux remplir ensemble leurs avions, notamment grace aux partages de code : Vous savez, ces avions qui volent sous les couleurs de plusieurs compagnies simultanément.

Cette arrivée de nouveaux actionnaires n’est pas gratuite évidemment : les nouveaux "mariés" apportent 750 milions d’euros d’argent frais en dote. Une bonne nouvelle pour Air France qui a encore 3 milliards d’euros de dettes sur les ailes, ce qui n’est en fait pas beaucoup comparé à la dette de la SNCF par exemple, qui atteint, elle, 50 milliards d’euros ! Cet argent frais va aussi permettre à Air France KLM de prendre 30 % du capital de Virgin Atlantic aux côtés de... Delta, qui en détient déja la moitié. Virgin, une compagnie low-cost évidemment.


Cet argent va enfin servir à financer la nouvelle compagnie low-cost d’Air France, Joon, dont le lancement est imminent.

 

Pour les consommateurs, cette alliance devrait avoir plusieurs conséquences :  Air France et ses partenaires vont devenir encore plus fiables, mais aussi capables d’être plus agressifs côté tarifs. Le patron d’une compagnie aérienne concurrente me disait lundi que l’on va trouver de plus en plus facilement des billets d’avion pour le bout du monde, par exemple, l’Asie, à 500, 600 euros aller-retour. On prévoit une démocratisation du ciel accélérée, avec un doublement du trafic aérien en 15 ans.

 

A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).