Airbnb, Ouicar, LeBonCoin : des revenus à déclarer au fisc

3.000 €
Si le montant annuel perçu dans l'année par un même utilisateur sur
une même plateforme est inférieur à un total de 3.000 euros, aucune
déclaration n'est à effectuer.

Si vous êtes utilisateur d’Ebay, du Bon Coin, d’Airbnb, de Ouicar, ou encore de n’importe quel autre site internet proposant les mêmes services, dressez bien l’oreille.

Déclarer ses revenus au fisc

À partir de cette année, les plateformes d’intermédiation entre particuliers, c’est le nom “juridique” donné à ces sites web, ont pour obligation de déclarer au fisc les sommes perçues par leurs utilisateurs. 

Et vous, bien évidemment, vous avez aussi l’obligation d’en informer le fisc, et ce, à l’aide de la déclaration papier qu’il faudra continuer à remplir dans quelques semaines, malgré le prélèvement à la source. S’il y a un écart entre les deux, le fisc le saura. Et si vous oubliez tout simplement de déclarer ces sommes, attention aux ennuis.

À partir de 3.000 euros par utilisateur et par plateforme

Mais heureusement, il y a tout de même une et même plusieurs limites à ce super flicage. D’abord, une limite financière : si vous avez gagné moins de 3.000 euros l’an dernier en vendant des vieilleries sur le Bon Coin ou sur Ebay, ou encore en louant votre maison via Airbnb, Abritel ou Clévacances, vous n’êtes pas concerné.

Par ailleurs, certaines sommes perçues grâce aux plateformes d’intermédiation n’ont pas à être déclarées. C’est le cas par exemple, pour la vente d’une voiture d’occasion. Ou encore, pour les sommes perçues en faisant du covoiturage. En revanche, si vous utilisez ces sites pour gagner de l’argent en achetant des téléphones cassés, puis en les revendant réparés, même chose pour des voitures ou des scooters, vous serez dans les radars du fisc ou plutôt vous êtes déjà DANS les radars du fisc.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).