Airbus affiche un optimisme prudent

566
Airbus a livré 566 appareils en 2020.

Le secteur du transport aérien a été plongé dans une crise sans précédent qui se reflète dans le niveau de livraisons et de commandes des constructeurs. Airbus et Boeing ont été touchés, mais l'avionneur européen fait montre d'un « optimisme prudent ».

Avec 566 livraisons d'appareils en 2020, Airbus est loin d'égaler le niveau de l'année précédente (863 unités). Et pour cause : les conséquences de la pandémie ont fortement réduit l'activité de l'ensemble du secteur du transport aérien. Malgré tout, ces livraisons devraient être bien supérieures à celles du rival américain : entre janvier et novembre, Boeing a livré 118 unités seulement. Les livraisons sont particulièrement importantes pour les avionneurs, puisque les clients paient l'intégralité de la facture à réception des appareils. Néanmoins, avec les difficultés liées à la crise sanitaire, certaines compagnies n'ont pas pu récupérer leurs avions, c'est pourquoi Airbus a mis en place un système de livraison électronique : ce dernier a concerné « plus de 25 % des livraisons en 2020 », selon Guillaume Faury, le président exécutif du groupe.

Un tiers de livraisons en moins

Les chiffres « reflètent la gravité de la crise qui touche notre secteur », a expliqué le patron d'Airbus. Néanmoins, celui-ci affiche un « optimisme prudent » sur la base des livraisons accomplies en 2020, « même si les défis et incertitudes demeurent nombreux à court terme », relève Guillaume Faury. Le niveau d'activité de 2019 ne devrait revenir qu'entre 2023 à 2025, selon les estimations des analystes. Pour faire face, Airbus a réduit ses capacités de production de 40 %, opérant en sus une coupe claire dans ses effectifs : 15.000 suppressions d'emplois sur un total de 134.000 collaborateurs dans le monde.

Hausse prudente des cadences de production

Pour le court terme, la production devrait augmenter : « Nous pensons qu'il y aura une augmentation des cadences pour les monocouloirs au second semestre [2021] », selon Guillaume Faury. Les cadences pourraient ainsi passer de 40 A320 à 47 unités. Cette famille d'avions concerne les vols intérieurs et continentaux, une activité qui se relève plus vite que les longs-courriers. Le groupe a également enregistré 268 commandes en 2020, soit 65 % de moins que l'année précédente. Le carnet de commandes reste lui bien garni avec 7.184 appareils à produire.


A découvrir