Allez-vous pouvoir vous connecter à la 5G ?

40 €
Le premier prix d'un forfait 5G, avec 80 Giga octets d'enveloppe data
coûte 40 euros.

Vous avez comme moi beaucoup entendu parler du lancement de la fameuse 5G en France la semaine dernière. En réalité, pour l’instant, seule la ville de Nice est partiellement couverte.

Les derniers smartphones compatibles

Nice sera rejointe lentement mais sûrement par d’autres grandes villes dans les prochaines semaines et les prochains mois. Mais pour une couverture nationale en 5G, c’est en années qu’il faut encore compter. Faut-il se précipiter sur la 5G ?

La réponse est assez simple : d’abord, pour pouvoir en profiter, encore faudrait-il posséder un téléphone compatible. Seuls les tous derniers smartphones sont capables d’émettre et recevoir en 5G, et encore la plupart d’entre eux ne sont compatibles qu’avec une partie seulement des fréquences qui seront utilisées en France demain. Autrement dit, les appareils mobiles compatibles 5G commercialisés aujourd’hui seront dépassés dans les prochains mois par d’autres smartphones plus performants.  

Un forfait adapté

Ensuite, pour pouvoir utiliser la 5G, il faut pour cela un forfait compatible. Et pour l’instant, les opérateurs ne sont pas disposés à faire de cadeaux, comme avec la 4G dont les prix ont été cassés par l’arrivée de Free Mobile. Le premier prix d’un forfait 5G, avec 80 Giga octets d’enveloppe data, c’est... 40 euros. Plus du double du tarif standard d’un forfait 4G.

En réalité, il n’y a pas d’urgence à vouloir basculer sur la 5G, d’autant que pour l’instant, rares sont ceux, même chez les pros, à avoir besoin de télécharger ou transmettre plus vite des images ou des informations. Tout le monde n’a pas besoin en effet de télécharger un film complet en quelques secondes, l’un des arguments massue de cette technologie.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).