Altice : une plainte d'actionnaires relance le cauchemar en Bourse

60 %
La valeur d'Altice a chuté de plus de 60 % depuis juin 2017

Après une chute vertigineuse du titre de sa holding en novembre 2017, notamment à la suite de très mauvais résultats pour SFR, racheté en 2014 et pièce fondamentale de la stratégie du groupe en France, Patrick Drahi a lancé un remaniement à grande échelle. Plusieurs têtes sont tombées et le milliardaire a repris le contrôle direct de son groupe. Le but était de calmer les investisseurs et de redresser la barre.

Une plainte inattendue fait rechuter Altice en Bourse

L’objectif de Patrick Drahi était simple : en reprenant le contrôle, notamment en étant directement à la tête du groupe alors qu’il a tendance à travailler dans l’ombre, les investisseurs auraient dus être rassurés. Et ça a marché pendant quelques jours avec l’action Altice qui s’est stabilisée entre 8 et 9 euros.

Mais c’était sans compter sur la Loi de Murphy qui dit que « si quelque chose peut aller plus mal qu’elle ne va, elle ira plus mal » : des actionnaires ont décidé de porter plainte contre le géant des télécoms. Selon Me Frédérik-Karel Canoy, « une cinquantaine d'actionnaires » auraient contacté son cabinet pour saisir la justice.

Une plainte qui relance la panique mais elle pourrait tomber à l’eau

Les actionnaires en question aimeraient que la justice s’interroge sur les informations transmises par Altice à ses actionnaires. Selon eux, le groupe de Patrick Drahi a diffusé « des informations fausses ou trompeuses », a « minoré sa dette » et affirmé « avoir un contrôle absolu sur cette dernière ». En somme, Altice aurait tout fait pour que la dette de plus de 50 milliards d’euros qu’elle a contractée pour réaliser tous ses rachats ne paraisse pas aussi importante qu’elle n’est vraiment.

Pour Altice, cette plainte n’a pas lieu d’être et pour une raison simple : Altice est une entreprise cotée en Bourse. Contrairement à des géants comme Uber, par exemple, qui ne sont pas côtés, Altice a l’obligation légale de publier ses données financières et de les publier justes (ou les gendarmes boursiers peuvent sévir). Le niveau de la dette et toutes ses informations sont donc publiques et à disposition des actionnaires.

En attendant Altice ne vaut plus que 12 milliards d’euros

Difficile de dire si la plainte sera réellement déposée et si la justice donnera raison aux actionnaires plutôt qu’au groupe. Mais l’annonce de cette plainte a une nouvelle fois agité les marchés, mercredi 22 novembre 2017, et le titre a perdu près de 9 % sur la séance.

L’action Altice ne vaut plus que 7,56 euros, bien loin des 23 euros atteints en juin 2017, et la capitalisation boursière a fondu à 12,14 milliards d’euros le 22 novembre 2017. Durant le seul mois de novembre 2017 la capitalisation a chuté de 50 % et de près de deux tiers depuis juin.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio