Altice : le titre au plus bas de son histoire

50 %
La fortune de Patrick Drahi a chuté de près de 50 % depuis septembre
2017.

La tourmente qui frappe Altice, la maison-mère de SFR, ne semble pas vouloir se calmer. Le titre, côté à Amsterdam, a continué sa chute entamée en octobre 2017 après que les investisseurs ont commencé à se méfier de la holding. Les mauvais résultats de l’opérateur SFR et le niveau de la dette font partie des inquiétudes les plus fortes.

8,90 euros l’action : le titre d’Altice n’a jamais été aussi bas

Altice, en Bourse, a été un titre largement fluctuant depuis son introduction à Amsterdam. Après une IPO réussie qui valorisait l’entreprise à 5,7 milliards d’euros en 2014, le titre a largement chuté en décembre 2015 atteignant son plus bas historique à l'époque : environ 11 euros. Puis le titre s’est repris pour remonter au-dessus des 23 euros en juin 2017.

Depuis lors, c’est la Bérézina : le titre d’Altice n’a cessé de chuter et les résultats publiés en octobre 2017 n’ont pas arrangé les choses. Le 14 novembre 2017 le titre chutait encore de près de 13 % tombant à 8,90 euros l’action, le niveau le plus bas jamais atteint. Un nouveau record, donc, dont Patrick Drahi se passerait bien.

La capitalisation d’Altice baisse de 40 % en quelques semaines

Avec cette forte chute en Bourse c’est la valeur de la holding toute entière qui a fondu : valorisée 36 milliards d’euros en juin 2017 elle ne vaut plus que 14 milliards. Une chute de 40 % qui n’a pas pu être empêchée par les changements effectués en urgence par Patrick Drahi à la tête d’Altice et de SFR.

Résultat des courses, Patrick Drahi, qui détient une grosse part du capital de sa holding Altice, a également vu sa fortune fondre sous ses yeux. Après avoir établi un record en juin 2015 avec une fortune de 22 milliards de dollars, il l’a vue chuter puis se reprendre puis rechuter. Désormais la fortune de Patrick Drahi est estimée à 7,3 milliards de dollars, au plus bas depuis janvier 2017. Depuis septembre 2017 sa fortune a été divisée par deux.


A découvrir