Amazon devient la marque la plus valorisée au monde

42 %
La valeur de la marque Amazon a augmenté de 42% en un an.

Chaque année, le cabinet de conseil en évaluation et stratégie Brand Finance valorise les plus grandes marques mondiales. Quelles sont-elles cette année, dans le monde ? Et en France ? 

 

La "force invincible" de la marque Amazon

Amazon est la marque la plus valorisée au monde, devant Apple et Google, selon le dernier rapport Brand Finance Global 500. La valeur de la marque du géant du commerce électronique a augmenté de 42% par rapport à l’année dernière et atteint 150,8 milliards de dollars. Depuis les débuts simples en tant que libraire en ligne, Amazon est devenue la plus grande entreprise électronique au monde en termes de capitalisation boursière et de revenus.

La valeur de la marque équivaut à un avantage économique net qu'un propriétaire de marque obtiendrait en accordant une licence à la marque. La force de la marque est utilisée pour déterminer quelle proportion des revenus d'une entreprise est apportée par la marque.

Comme le souligne David Haigh, PDG de Brand Finance, Jeff Bezos, le fondateur d’Amazon, « a fait ses preuves en choisissant le nom Amazon, connu comme le fleuve le plus grand et le plus puissant du monde, puisque 23 ans plus tard, la marque Amazon l’emporte avec une force invincible. La force de la valeur de la marque Amazon lui permet de s’étendre dans des nouveaux secteurs et géographies. Toutes ces preuves suggèrent que la marque Amazon va continuer de croître indéfiniment et exponentiellement ».

La marque Apple, numéro deux, mais en perte de vitesse

Bien qu’Apple ait défendu la deuxième place du classement, la valeur de la marque a rebondi à 146,3 milliards de dollars après une chute de 27% l’année dernière. Néanmoins, son avenir semble sombre, notamment car Apple n’a pas réussi à diversifier ses produits et est devenu trop dépendant des ventes de ses iPhones, responsables pour les deux tiers du chiffre d’affaires, souligne l’étude. 

Google, quant à elle, a chuté de la 1ère à la 3ème position, avec une croissance relativement lente de la valeur de la marque de 10% atteignant une valeur de 120,9 milliards de dollars. Google est un champion de la recherche sur Internet, du Cloud et de la technologie mobile OS, mais tout comme Apple, sa concentration sur des secteurs particuliers l’empêche d’augmenter le potentiel de sa marque. 

La puissance des marques technologiques

Pour la première fois depuis la création de l’étude Brand Finance Global 500, les marques technologiques remplissent les cinq premières places du classement. Samsung (4ème) et Facebook (5ème) ont tous les deux une croissance impressionnante de valeur de la marque de 39% et de 45% respectivement. Cela reflète une tendance mondiale. En effet, le secteur technologique a deux fois plus de valeur que le secteur des télécommunications.

Quant aux marques françaises, elles grimpent dans le classement de Brand Finance. Il compte en effet 33 marques provenant de l’hexagone, comparé au Royaume-Uni (29 marques), l’Allemagne (23 marques) et la Suisse (16 marques). Orange est le numéro 1 français à la 51ème position avec une valeur de 22,2 milliards de dollars, suivi par Total (58ème, 20,9 milliards de dollars), BNP Paribas (109ème, 13,7 milliards de dollars) et Axa  (115ème, 13,3 milliards de dollars).


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.