6 jours au milieu des conteneurs

720000 EUROS
Pour passer le Canal de Suez l'Amerigo vEspucci devra débourser 720
000 euros.

L'Amerigo Vespucci, un géant français

Le Havre (Seine-Maritime) est le premier port de France pour le trafic de conteneurs. Ses quais sont déserts : impossible d'accéder aux terminaux (quais) sans autorisation. Les dockers, perchés dans leurs cabines, déplacent les caisses au moyen d'immenses portiques. L'Amerigo Vespucci est un géant : 365,5 m de long (plus que la hauteur de la tour Eiffel), 51 m de large, 16 m de coque sous l'eau... Propriété de la CMA-CGM, il navigue sous pavillon français. « Il a été construit il y a cinq ans, en Corée du Sud », renseigne le commandant François Robic.


Un chargement calculé

L'Amerigo Vespucci peut contenir 13 830 EVP (lire C'est quoi ?). Mi-mars, il quitte Le Havre pour Malte avec 10 034 EVP. On voit leur répartition sur l'écran de Ronan Guille, le second capitaine. Le plan de charge, établi à Marseille par les ship planners, ressemble au jeu Tetris ! « Les conteneurs de produits dangereux (chimiques, inflammables?) ne doivent pas être voisins ; les réfrigérés sont branchés ; les vides, répartis pour respecter les charges. Mais personne à bord ne connaît leur contenu exact. Enfin, on évite le restow, les manipulations inutiles. Pas question de déplacer une caisse qui va en Chine pour en sortir une à Malte ! »


Sur une « autoroute » maritime Europe-Asie

Cet énorme navire est affecté à la FAL 1, la French Asia Line, la « ligne » reliant les ports de l'Europe du Nord à ceux d'Asie (voir la carte). C'est l'une des routes maritimes les plus fréquentées du monde (avec la route Asie-Pacifique). « Regardez l'écran du radar ! Chaque triangle représente un bateau », indique l'officier Paul Pinet durant son quart à la passerelle. Nous passons le détroit de Gibraltar et l'« autoroute » est chargée.


À bord, il n'y a pas que des marins français

29 hommes nettoient, réparent, contrôlent tout pour mener ce géant des mers de port en port. Il y a 13 Français et 16 Philippins (quelques offi-ciers et une grande partie des matelots). Depuis les années 1980, les compagnies françaises ont le droit d'embaucher des marins étrangers en bénéficiant du droit du travail de leur pays. Avantage : les charges sociales peuvent être moins élevées que pour les marins français, ce qui réduit les coûts de main-d'oeuvre et permet d'être compétitif. 5 000 marins (en mer et au sol) travaillent pour la CMA-CGM, dont 540 Français. 400 000 Philippins naviguent dans le monde. « Nous sommes un peuple de marins. Et nous avons de bonnes formations à Manille », explique Edilberto Barquilla, 44 ans, sur l'Amerigo Vespucci pour neuf mois (les rotations des Français sont moins lon-gues : deux mois et demi en moyenne). Pour le commandant Robic, qui navigue depuis 1973, « un bon marin est quelqu'un de facile à vivre ». Essentiel dans un équipage où des cultures différentes cohabitent. « Il faudra racheter des DVD de karaoké en Chine », rappelle le chef des machines. Ce n'est pas un détail : cette activité est un « sport national » pour les Philippins ! Sur le navire, ils s'y adonnent souvent le soir. Les autres bruits à bord ? Le ronronnement des machines et le grincement des conteneurs.


Des escales les plus courtes possible

Après six jours de mer, l'Amerigo Vespucci s'arrête à Malte. 24 heures pour charger et décharger. « Avant, les escales étaient plus longues », se souvient le commandant. Mais aujourd'hui, le mot d'ordre est « rentabilité ». D'ailleurs, le bateau ne s'arrête même pas pour la quinquennale : cette révision technique est faite en mer en temps masqué, autrement dit, sans que le navire soit immobilisé. Dans 78 jours, le porte-conteneurs doit arriver à Shangaï (Chine).

C'EST QUI ? C'EST QUOI ?


La CMA-CGM

La Compagnie maritime d'affrètement (CMA) est créée en 1978. En 1999, elle fusionne avec la Compagnie générale maritime (CGM).

Basée à Marseille (Bouches-du-Rhône), la CMA-CGM est le n° 3 mondial du transport maritime par conteneurs. Sa flotte compte 445 navires. CA 2014 : 15 milliards d'euros.


Les porte-conteneurs

Navires de transport de conteneurs, sortes de grosses boîtes d'acier contenant des marchandises. Leur volume est donné en EVP, « équivalent vingt pieds » (20 pieds = 6,1 m). Ce système, mis en place il y a 60 ans, a révolutionné les échanges maritimes internationaux.


Le canal de Suez

Inauguré en 1869, il relie la mer Méditerrannée à la mer Rouge. Il permet de contourner l'Afrique pour atteindre l'Asie. Le prix du passage est fixé en fonction du type de bateau, du temps et du carburant économisés. Il s'élève à environ 720 000 euros pour l'Amerigo Vespucci.

Le canal, propriété de l'Égypte depuis 1956, est l'une de ses plus grosses sources de revenus.

Cet article est extrait de l'Eco, hebdo destiné aux 12-16 ans.

Si vous voulez abonner votre enfant cliquez sur la bannière ci-dessous.

 


A découvrir

L'ECO

Dès 14 ans - Chaque vendredi, 8 pages pour comprendre l'essentiel de l'info économique !

• Des exemples concrets, tirés de l'actualité, qui parlent aux jeunes.
• Des mots décodés, chiffres et repères clés, prix d'un produit de consommation courante à la loupe.
• Un zoom sur des produits innovants.
• Des brèves économiques françaises et étrangères.
• L'histoire d'une réussite professionnelle.