Merkel. La chute !

1 MILLION
En Allemagne, plus d'un million de demandeurs d'asile sont arrivés en
2015 et 2016.

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

L’enfer est pavé de bonnes intentions.

D’ailleurs, le mieux est l’ennemi du bien.

Nous pourrions continuer à lister les proverbes populaires de bon sens.

Au moment où notre sauveur Mamadou parade dans de belles berlines au Mali, et qu’il s’apprête à faire une émission télé, on peut craindre que Macronléon connaisse lui aussi son moment Léonarda.

Le mieux est l’ennemi du bien, et d’ailleurs, Merkel aussi avait instrumentalisé la souffrance migratoire lors de la noyade du petit Aylan gisant face contre terre dans le sable, cadavre balloté par les vagues.

Vision d’horreur. Émotion attisée. Propagande d’accueil organisée. Merkel a créé l’appel d’air migratoire. 1 million d’arrivants. Au bas mot, en quelques mois.

Ingérable.

Même pour l’organisation rigoureuse de nos voisins allemands, c’était trop.

Le mieux est l’ennemi du bien

À trop accueillir, on accueille mal, faisant le malheur des nouveaux arrivés et des déjà-là. Les tensions montent, s’exacerbent. Au bout du compte, à vouloir être trop gentils, on crée les conditions du rejet et de la méchanceté.

Ce que vous voyez est l’échec prévisible d’une politique stupide menée par Merkel, une position idéologique. Pas politique.

Aujourd’hui, en Italie, en Autriche, en Hongrie, et maintenant en Allemagne, l’immigration est viscéralement rejetée et son corollaire, les racismes quotidiens et ordinaires en pleine augmentation, et je dis bien les racismes. Ceux qui opposent les uns aux autres, les communautés, entre elles.

Terrible bilan.

Le multiculturalisme ne nous amène pas à l’ouverture, à la tolérance et à la main tendue vers l’autre. Poussé trop loin, il provoque l’inverse de ce qui est « vendu » par la propagande officielle. Je ne vous donne ici aucune opinion. Je vous donne les faits. Celui qui pense que l’accueil des migrants en Europe se passe bien se trompe. Cela se passe mal. Très mal même. C’est tout simplement trop, en trop peu de temps, avec trop peu de moyens et trop tard.

Merkel. L'ultimatum

La droite allemande a imposé lundi 18 juin 2018 à la chancelière Angela Merkel un ultimatum de deux semaines pour une solution européenne au défi migratoire, faute de quoi le pays fermera ses frontières au risque de provoquer une crise nationale et en Europe.

Si Mme Merkel échouait au niveau européen, sa position deviendrait difficilement tenable tant elle a prôné une réponse communautaire à l’afflux des demandeurs d’asile.

Selon l’agence allemande DPA, la CSU du ministre de l’Intérieur Horst Seehofer prévoit, sauf accord européen au sommet des 28 et 29 juin, de refouler aux frontières tous les demandeurs d’asile ayant été enregistrés dans un autre pays de l’UE, le plus souvent l’Italie ou la Grèce, soit la quasi-totalité d’entre eux.

Pour elle, la survie de l’UE est en jeu. « La manière dont agit l’Allemagne va déterminer si l’Europe va rester unie ou pas », a-t-elle mis en garde lundi, selon des participants à une réunion de son parti. »

Merkel est allée trop loin en tout. Trop loin dans sa politique migratoire, et trop loin dans un mandat de trop… Merkel risque fort de sortir par la petite porte de l’histoire, elle qui nous était présentée il y a encore quelques mois comme le « leader du monde libre ».

Sortir par la petite porte, tout en étant « aimablement » poussée, pour ne pas dire mise dehors par Trump, le président américain, qui n’a pas mâché ses tweets !!

Trump va liquider Merkel la mondialiste !

« Le peuple allemand est en train de se retourner contre ses dirigeants alors que l’immigration secoue la coalition déjà fragile de Berlin. La criminalité en Allemagne est très en hausse. Grosse erreur dans toute l’Europe que de laisser entrer des millions de personnes qui ont si fortement et violemment changé leur culture ! », a tweeté M. Trump.

« Nous ne voulons pas que ce qui se passe avec l’immigration en Europe se passe avec nous ! », a écrit le président américain qui fait face à de vives critiques dans son pays à cause de sa politique de « tolérance zéro » sur l’immigration, en vertu de laquelle les enfants sont séparés de leurs parents sans-papiers.

Trump ne s’est d’ailleurs pas caché de ses intentions et a clairement nommé en Allemagne un ambassadeur dont le rôle est de faire tomber Merkel et de soutenir les droites souverainistes et nationalistes européennes…

Faire tomber Merkel, c’est faire tomber l’Europe européiste et mondialiste incarnée par Mercron, la contraction de « Merkel » et de « Macron ».

Nous risquons, en France, de sentir clairement le vent du boulet passer. Aujourd’hui, c’est l‘Allemagne qui est dans le viseur, car l’Allemagne est le maillon fort.

Tuez Merkel, et les autres Européens suivront Trump le doigt sur la couture.

Le temps va commencer à sembler long à Macronléon.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.