L'annonciation des annonces non annoncées annonciatrices de la suite...

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Je vous disais hier que les voies du seigneur sont impénétrables ce qui n’est pas le cas de celles de Macron…

La fuite organisée…

Alors que Macron devait parler, Notre-Dame lui a volé la vedette. Dans les rues de Paris, dans une scène saisissante, on « invoquait Marie » pour protéger la Cathédrale (voir la vidéo tout en bas de cet article).

Pourtant, Macron veut parler, Macron doit parler, il doit se sortir de ce grand débat, il doit annoncer ses annonces…

Alors, presque comme un voleur, la présidence laisse fuiter puisque dans toutes les rédactions circulent les textes de son annonciation à la nation qui se termine en jus de boudin.

Que disent les fuites ?

Rien.

Enfin pas grand-chose.

Les annonces ?

Le grand vide. Le grand recyclage. Le grand flou…

Il a bien raison de le faire en catimini.

Allez revue de détail de ces rumeurs « crédibles »…

« Baisser les impôts des classes moyennes »

« Baisser les impôts des classes moyennes» en finançant cette mesure en supprimant «certaines niches fiscales»…. Le diable se cachant dans les détails, et dans chaque niche fiscale se cachant un chien qui mord, attendons de voir de quoi il s’agit et quelles seront les niches concernées et pour combien de temps ! Mais sans détail, c’est du vent. Et généralement chaque niche a son utilité puisque l’on crée un enfer fiscal et des taxes avec des effets pervers qu’une niche vient compenser l’année suivante…

Baisser les impôts c’est très bien, mais il faut prélever ailleurs ou baisser les dépenses. Dans tous les cas, on déplace la douleur sur une autre personne.

« Évaluer objectivement la suppression de l'ISF »

Alors que le rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF) est une des principales revendications des «Gilets Jaunes», le chef de l’État demande une «évaluation objective» dès le début de l’année 2020 pour savoir si les contribuables qui en ont été exonérés ont bien respecté la philosophie de la réforme et réinvestit leur capital dans l’économie française. Si ce n’est pas le cas, il s’engage «à apporter toutes les modifications et corrections nécessaires».

Comprenez ici qu’il n’y a pas à remiser en place de l'ISF. Il s’agit de gagner du temps, et d'ici 2020 les Gilets Jaunes ne devraient enfin plus être sur les ronds points à faire tourner en rond et en bourrique notre bien-aimé président jupitérien.

Mon point de vue sur l’ISF est assez simple et pragmatique. L’ISF fonctionne uniquement dans un pays fermé avec des frontières et sans libre circulation des biens et des personnes ! Si vous me taxez trop, je pars m’installer ailleurs puisque j’ai le droit de le faire ! L’ISF ne peut pas fonctionner dans le cadre actuel ce qui en fait un impôt stupide…. Dans le cadre actuel. Etant un garçon qui aime la cohérence, on ne peut taxer que le patrimoine qui ne peut pas fuir, et c’est exactement ce qu’a fait Macron en remplaçant l’ISF par l’IFI… qui pèse uniquement sur l’immobilier qui est par définition non délocalisable ! Pour aller plus loin vous voulez l’ISF ? Ok, alors il faut supprimer l’Europe et la mondialisation, ou imposer un ISF européen et là… je vous regarde hahahahaha !

Pérenniser la prime «Gilets Jaunes» chaque année

Dans son allocution, Emmanuel Macron dit vouloir «pérenniser» la prime exceptionnelle de 1000 euros défiscalisée et désocialisée décidée fin 2018 pour répondre à la colère des «Gilets Jaunes». Il souhaite ainsi qu’elle soit ouverte aux employeurs «chaque année».

C’est une mesure géniale. Il suffit de faire payer par les autres…. Cette prime de 1000 euros viendra sans charge se substituer aux primes chargées et deviendra un élément de salaire. Cela sera utilisé au détriment des caisses sociales, ou pas du tout. Bref, au bout du compte, ce n’est évidemment pas une bonne méthode dans la logique actuelle du système social qui repose sur la taxation du salaire !

Réindexer les petites retraites sur l’inflation

Emmanuel Macron affirme qu’il souhaite la réindexation des retraites de moins de 2000 euros sur l’inflation à partir du 1er janvier 2020. La mesure était attendue, tant la grogne est vive au sein de cette catégorie de la population. Le 10 décembre dernier, le président de la République avait d’ailleurs déjà annoncé qu’il allait annuler la hausse de la CSG pour les retraités percevant une pension inférieure à 2000 euros par mois…

Cette mesure est la seule véritable mesure. Mais si l’inflation s’envole avec la politique actuelle de la BCE ce qui est possible, cela pourrait vite coûter une fortune à l’Etat et donc aux contribuables. Mais c’est une véritable mesure qui peut être très concrète et éviter la paupérisation progressive par la perte de pouvoir d’achat de nos retraités les moins riches.

Bien donc.

Une convention citoyenne tirée au sort

Dès le mois de mai, une « convention citoyenne tirée au sort » sera installée, pour travailler sur les questions de transition écologique et « sur les réformes concrètes à prendre »…

Voilà une bonne idée, empruntée à Etienne Chouard qualifié de fasciste et accusé de « zeureslesplussombres ». Le petit problème c’est l’intention, pas forcément louable, et la tentation de savonner la planche de ladite convention pour prouver par les faits que 300 gueux tirés au sort n’arriveront à rien puisqu’ils sont complètement incompétents, normal c’est des gueux… Petit conseil à Manu, trouve un autre chiffre, parce que symboliquement, les 300, ça va te porter la poisse, crois-moi.

Ensuite le second problème c’est la liberté des sujets que cette convention pourrait aborder !! Si les sujets sont libres alors oui. Si cela se limite à la transition énergétique, il faudra expliquer le piège politique terrible qui consiste à faire prendre par les victimes elles-mêmes le choix de l’arme qui les tuera !

C’est donc évidemment du vent et un vent dangereux qu’il convient dès maintenant de dénoncer comme tel.

Instaurer des référendums « locaux » d’initiative citoyenne

Dans la version de son allocution enregistrée lundi, Emmanuel Macron se dit «favorable» à ce que des référendums d’initiative citoyenne (RIC) – mesure phare réclamée par les « Gilets Jaunes » – «puissent être organisés sur certains sujets d’intérêts locaux».

Hahahahahahahaha…. Là, c’est de l’immense foutage de gueule. Le RIC local hahahahahahaha, vous aurez ainsi le choix du menu à la cantine (Ketchup ou mayo) ou de la couleur du bac poubelle… on pourra aussi vous consulter sur la hauteur de la nouvelle grille à mettre dans le square du 15 rue de la poupée qui tousse…

Re-hahahahahahaha…

C’est évidemment très bien le RIC local, mais la démocratie n’est pas que locale, surtout pas !

Instaurer une dose de proportionnelle aux législatives

Selon Le Monde, Emmanuel Macron devait aussi s’engager lundi soir à introduire une dose de proportionnelle aux élections législatives et à réduire le nombre de parlementaires. Deux mesures qui doivent entrer dans le cadre de la réforme constitutionnelle, dont le chantier a été lancé l’été dernier….

Hahahahahaha… c’est le recyclage ni plus ni moins de la réforme constitutionnelle que Macron veut faire adopter mais à laquelle le Sénat s’oppose…

Supprimer l'ENA

« La version écrite du texte d’Emmanuel Macron prévoyait la suppression de l’École nationale d’administration. «Je crois dans l’excellence républicaine et nous avons besoin d’une élite, de décideurs. Simplement, cette élite doit être à l’image de la société et être sélectionnée sur des bases exclusivement méritocratiques. C’est pourquoi nous changerons la formation, la sélection, les carrières en supprimant l’ENA et plusieurs autres structures pour en rebâtir l’organisation profonde», détaillait-il.

Hahahahahahaha On va donc changer le nom du bidule… Par exemple le Crédit Lyonnais avait fait tellement de conneries, qu’il a été renommé LCL. Vous pouvez prendre tous les exemples. Les changements de nom servent à changer les images. On va donc sans doute passer de l’ENA à l’ANE mais nous garderons les mêmes bourricots.

Quand on vous dit qu’on nous prend pour des cons…

« Aucune fermeture d’école et d’hôpital jusqu’à la fin du quinquennat »

« Lundi, dans son discours enregistré face caméra, le chef de l’État indique qu’il ne souhaite plus «aucune fermeture d’école et d’hôpital jusqu’à la fin du quinquennat», «sauf demande des maires». Bien conscient que «beaucoup de nos concitoyens ont le sentiment que leur territoire est abandonné»

Dans mon coin de Normandie on vient de fermer la maternité et la liste des classes supprimée est considérable. C’est le syndrome 7ème compagnie !!

Sur le terrain on a une appréciation très différente de celle de nos mamamouchis.

Plafonner les classes à 24 élèves, de la maternelle au CE1

« Dans son discours Emmanuel Macron annoncerait une nouvelle réforme sur le plan de l’éducation, selon les informations du Monde . Le nombre d’enfants par classe de CP et CE1 a déjà été limité à 12 dans les zones d’éducation prioritaires. Mais le président envisagerait, dès la prochaine rentrée, de plafonner à 24 l’effectif d’élèves dans les classes de la maternelle au CE1, et ce dans toutes les zones ».

Super Manu… mais avant même de parler du nombre d’instits… Pardon, des « professeurs des écoles », parlons de méthodes, de programmes, de pédagogie et de discipline plus que d’élèves par classe !!!

Il n’y a jamais eu de difficultés particulière à apprendre au bled le bled avec 40 petits bledards qui étaient bien loin de Paris et qui à 40 par classe savaient lire à la fin de l’année… Au bout d’un moment il faudrait enfin se poser les bonnes questions. Et la recette de la réussite collective c’est trois ingrédients : Méthode, Discipline, Bienveillance, ça fait MDB et c’est nettement mieux que de traiter les enfants au LBD devenus grands parce que l’on a pas appliqué la recette MDB quand ils étaient petits. Dans la méthode, le syllabique est une évidence.

« La start-up nation »…

Bon, nous ne savons pas encore « officiellement » ce que va nous annoncer le grand phare de l’Elysée, la grande lumière dans la fumée, mais si c’est ça, alors, il n’y a là franchement pas grand-chose à part la suite d’une tentative désespérée de communication et de propagande.

Ce n’est que l’annonciation effectivement de la poursuite du cap de la Start-Up Nation, un pays imaginaire sortie de l’esprit tordu de quelques dirigeants qui pensent reconstruire Notre-Dame en 5 ans, en acier et en béton là où les anciens ont construit pendant deux siècles en utilisant des chênes issus de la forêt primaire et de 400 ans d’âge…

« Et c’est un vieux pays, la France », comme le disait de Villepin en 2003, c’est un vieux pays, un pays qui ne veut pas juste devenir une start-up avec des « open-space » ou des jeunes « geeks » jouent à la Playstation et au baby-foot…

C’est un vieux pays la France.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.