La prescription de certains antidouleurs est réduite à 3 mois

1 er
Le tramadol est le premier antalgique impliqué dans les décès liés à
la prise d'antidouleurs.

À compter du 15 avril 2020 la prescription d’antalgiques contenant du tramadol est réduite de 12 mois à 3 mois. Une décision destinée à limiter le mésusage et les risques de dépendance à cet opioïde.

Un antalgique qui présente des risques de dépendance

Le jeudi 16 janvier 2020, l’Agence nationale de sécurité du médicament a annoncé que certains antidouleurs ne pourraient plus être prescrits pour un an. Leur prescription est donc réduite à trois mois. Cette décision concerne les médicaments à base de tramadol et prend effet à partir du 15 avril 2020.

Inscrit sur la liste des substances vénéneuses, le tramadol est un antalgique. Il s’agit d’un opioïde, il présente par conséquent un risque de dépendance. Problème, selon l’ANSM, plusieurs enquêtes du réseau d’addictovigilance ont montré « un mésusage croissant du tramadol ces dernières années ».

Respecter la posologie et la durée du traitement

Les médicaments concernés par cette réduction de la prescription sont : Biodalgix, Contramal, Monoalgic, Monocrixo, Orozamudol, Takadol, Topalgic, Zamudol, Zumalgic (tramadol seul) ; Ixprim et Zaldiar (tramadol en association avec du Paracétamol) et Skudexum (tramadol en association avec du dexkétoprofène).

Pour rappel, la tramadol est « le premier antalgique impliqué dans les décès liés à la prise d’antidouleurs, devant la morphine. Il est aussi le deuxième antalgique le plus fréquemment retrouvé sur les ordonnances falsifiées présentées en pharmacie, derrière la codéine ». Il est par conséquent indispensable que les patients respectent la posologie indiquée sur l’ordonnance et la durée de traitement. Enfin, pour éviter un syndrome de sevrage, il ne faut pas arrêter le traitement brusquement mais diminuer la posologie progressivement.


A découvrir