Prendre un apéritif fait gonfler votre addition de 20 %

55 %
55 % des visites incluant un apéritif se font par des adultes en
groupe.

Selon les statistiques recueillies par The NDP Group en 2016, la dépense moyenne d'une visite au restaurant incluant un apéritif (avec ou sans alcool) fait gonfler le ticket moyen d'un repas d'environ 20 %, portant l'addition de 11,9 euros à 14,4 euros.

Le week-end, une visite au restaurant sur trois comporte un apéritif

L’apéritif est un élément onéreux du repas, et pourtant, il est commandé dans 23 % des cas par les clients de restaurants. En soirée, le chiffre grimpe même à 30 %, selon les données de The NDP Group. 55 % des visites incluant un apéritif se font par des adultes en groupe (avec 3,6 personnes en moyenne), les week-ends (samedi et dimanche) rassemblant 33 % du total des visites apéritif.

Selon Maria Bertoch, Industry Expert Foodservice Europe chez The NPD Group, l'apéritif est une institution française « généralisée », ce qui fait que le profil du consommateur de l'apéritif est assez proche de la moyenne nationale. Si la consommation des apéritifs est stable en restauration assise, on voit aujourd’hui émerger une nouvelle tendance, particulièrement caractéristique de la période estivale : la livraison de pique-nique apéritif dans les jardins publics comme commencent à le proposer quelques opérateurs en région parisienne. « Par exemple, Allo Resto qui a lancé récemment une opération #JustPicNic proposant une livraison dans des points-relais près des parcs ou des quais parisiens », commente-t-elle.

Apéritif : des coutumes différentes selon les pays

Conscients de l’opportunité économique qu’il représente, les restaurateurs n'hésitent pas à diversifier leurs offres culinaires sur ce segment. En France, le « trio gagnant » est constitué actuellement d’une planche de charcuterie, d’un plateau de fromage et de tapas.

Si l’apéritif est une institution ancrée dans le mode de vie des Européens, sa forme varie suivant les pays. En Espagne il prend la forme de tortillas, de jambon et de tapas de poisson, alors qu’en Italie il s’agit d’un snack salé (crissini, chips), d’une portion de pizza, de petits sandwiches et d’olives. Outre-Manche, on mange des frites, du « pub food » (rondelles d’oignon par exemple) et du poulet (dips, nuggets, ailes). Chez nos voisins allemands, on préfère des saucisses, des frites ou, là encore, une portion de pizza.


A découvrir