Apple bloque les cookies, Criteo trinque en Bourse

28 %
Safari détient 28 % des parts de marché des navigateur mobiles.

La dernière version du navigateur d’Apple, Safari, présente une fonctionnalité qui pourrait bien changer radicalement l’industrie de la publicité sur Internet. Le groupe de Cupertino cible en effet les cookies accusés d’être trop envahissants en les bloquant et en les supprimant automatiquement. Pour les spécialistes du ciblage publicitaire c’est un gros problème et la française Criteo en a fait les frais.

Safari : un impact majeur sur le chiffre d’affaires de Criteo ?

Le spécialiste français du ciblage publicitaire, coté à Wall Street, avait prévenu ses actionnaires que la nouvelle version de l’OS de Cupertino allait le toucher en plein coeur. Le groupe est en effet spécialisé dans le ciblage publicitaire par le biais des célèbres « cookies » Internet. Apple, de son côté, a mis en place un blocage plus poussé de ces cookies qui collecte des données personnelles et, notamment, leur suppression automatique après une certaine durée. Cette suppression fait que le ciblage publicitaire risque d’être moins performant.

Initialement Criteo estimait que cette nouvelle fonctionnalité appelée Intelligent Tracking Prevention qui protège la vie privée des utilisateurs devait réduire les revenus de l’entreprise de 9 % voire 13 %. Une annonce faite début novembre 2017 et qui avait déjà fait s’écrouler la valeur de Criteo de 10 %. Mais au final il semblerait que le risque pour l’entreprise soit bien pire.

Criteo perd 28 % en Bourse en une séance

Criteo a refait ses calculs et le résultat est bien plus grave qu’il n’y paraissait auparavant : l’entreprise estime désormais que la nouvelle fonctionnalité du navigateur Safari d’Apple va lui amputer le chiffre d’affaires de 22 % dès 2018. Une annonce qui n’a pas plu çà Wall Street.

Le titre a chuté de 28 % en Bourse à 24,42 dollars. Un niveau très bas jamais atteint auparavant puisque l’ancien record était de 26,89 dollars l’action (le 9 mai 2014). Un coup dur pour l’entreprise qui avait signé en mai 2017 son plus haut historique, 54,90 dollars l’action.


A découvrir