Arnaque aux colis : attention aux faux emails des douanes

2 millions
Plus de 2 millions de colis sont expédiés chaque jour pendant la
période des fêtes.

L’arnaque à la mode en ce moment profite du fait qu'à l’approche des fêtes de Noël, il y ait énormément de Français qui attendent un colis, pour une commande effectuée sur Internet. Surtout avec les grèves, qui plombent, et c’est dramatique, les ventes des commerces de proximité.

Un faux email des douanes

Alors voilà, comme le volume de colis transportés et à livrer tous les jours par les messageries dépasse en ce moment les 2 millions par jour, des petits malins ont créé une arnaque de circonstance.

Comme souvent aujourd’hui, cela passe par un mail, un faux mail, à l’entête non pas de l’expéditeur, le site marchand, ni non plus, du transporteur, mais... des douanes ! Oui, les douanes, chargées de collecter les droits et taxes sur les produits qui entrent sur le territoire français. Évidemment, comme les ventes sur les sites marchands chinois ou qui expédient depuis la Chine, et que ces produits ne payent jamais de taxes, le piège est facile à mettre en place, car crédible. 

En quoi consiste le piège ?

On vous réclame de payer en ligne des taxes pour pouvoir recevoir le colis. Le tout sur un site à l’entête des douanes françaises, même si l’adresse internet n’a rien à voir. Mais l’arnaque ne se limite pas aux quelques euros soutirés. Le vrai risque, c’est que vos informations bancaires soient ensuite réutilisées pour effectuer d’autres achats.

Alors bien sûr, maintenant, avec les systèmes SécuriPass et 3D Secure, cela devient de plus en plus dur de faire des achats frauduleux avec une carte. Mais quand même, il existe. En résumé, si on vous réclame de payer des taxes pour recevoir un colis, méfiez-vous !   


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).