Assurance auto : le droit pour les assurés d'être remboursés

2
Avec l'effondrement du trafic, il semble juste de demander le
remboursement d'1 à 2 mois de cotisations.

Voici quelques jours, je vous rapportais que plusieurs compagnies d’assurance avaient annoncé qu’elles rembourseraient un mois de cotisation à leurs clients, pour leur contrat automobile.

Réclamer une réduction de cotisations

Partant du principe que l’effondrement du trafic automobile avait aussi supprimé la plupart des accidents, c’était assez logique. Seulement voilà : cette initiative, aux allures de coup de pub pour les pionniers, n’a pas été suivie par tous les assureurs.

Il se peut donc que vous cotisiez comme tous les mois, ou bien que votre cotisation annuelle ou trimestrielle ne vous soit pas, en partie, remboursée. Qu’à cela ne tienne, vous pouvez tenter une réclamation. C’est ce que propose L’Union Fédérale des Consommateurs. Son service juridique met à disposition gratuitement sur Internet un modèle de lettre à télécharger, compléter, et envoyer à son assureur.

Une baisse de la prime prévue dans le contrat

La démarche a toutes les chances d’aboutir, puisque le code des assurances prévoit expressément une diminution du montant de la prime, en cas de diminution du risque en cours de contrat. Or, le fait de ne pas pouvoir rouler avec votre voiture ou votre deux roues diminue évidemment le risque d’accident.

Quant on sait que les deux tiers des cotisations d’assurance servent à indemniser les sinistres, le reste servant à financer les vols et la marge de l’assureur, on voit qu’il n’est pas fou d’espérer récupérer 1 à 2 mois de cotisation. Maintenant, il est possible que certains assureurs ne remboursent pas, mais décalent tout simplement la date du prochain prélèvement. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).