Assurance maladie : les professionnels de santé ont fraudé pour 135 millions

21 %
La fraude des particuliers ne représente que 21% du total.

Alors que les caisses de l’Assurance maladie seront mises à dure épreuve en 202 du fait de la crise du Coronavirus Covid-19, les chiffres de la fraude pour 2019 ont été présentés. Un peu moins de 300 millions d’euros de fraudes ont été identifiées émanant à part quasiment égale de particuliers et de professionnels du secteur.

Les cartes Vitale ne sont pas un problème

Mardi 16 juin 2020, devant les députés, Nicolas Revel, directeur de la Caisse nationale d’assurance maladie (Cnam), a tenu à préciser une donnée qui a fait couler beaucoup d’encre : « la question des cartes Vitale n’est pas un marqueur de fraude ». Le chiffre de 2,6 millions de cartes « en trop » en circulation en France avait fortement circulé. Or, selon les données qu’il a dévoilées, il y avait, en 2019, 58,4 millions de cartes Vitale en circulation pour… 59 millions d’habitants de plus de 16 ans (âge à partir duquel il est possible d’avoir une carte Vitale à son nom).

Il a en outre précisé que, pour diverses raisons, 2,8 millions de cartes Vitale ont été détruites par ses services : décès, départ à l’étranger, impossibilité de vérifier la résidence en France…

Les fraudeurs sont autant des particuliers que des professionnels

Sur la fraude proprement dite, le journal Le Parisien a demandé le détail des données à la Cnam après que son directeur a dévoilé les chiffres de la fraude pour 2019 : 287 millions d’euros, dont 200 millions d’euros qui ont été interceptés avant le paiement. La Cnam a donc, malgré tout, versé 87 millions d’euros dans le cadre de fraudes avérées.

La donnée la plus étonnante est, toutefois, celle obtenue par Le Parisien auprès des services de l’Assurance maladie. Si 51% des arnaques sont l’œuvre des assurés eux-mêmes, celles-ci ne représentent, au final, que 21% montant du total, soit un peu plus de 57 millions d’euros.

Ce sont, en réalité, les professionnels de santé qui fraudent le plus : avec seulement 20% des cas de fraude qui sont de leur fait, les professionnels de santé représentent 48% du montant total du préjudice, soit 135,1 millions d’euros.


A découvrir