Selon SFAM, les sinistres liés à la surchauffe des smartphones restent rares

30
Les batteries au lithium ne sont pas faites pour endurer des
températures supérieures à 30 degrés.

Alors que nos smartphones peuvent souffrir en périodes de forte chaleur, Olivier Cotte de l’assureur SFAM, révèle que le danger peut être ailleurs… Explications.

Il n’est pas rare de constater une augmentation notable de la température de son smartphone après plusieurs heures d’utilisation. Passez son après-midi sur Snapchat ou à jouer à Fortnite sur son mobile peut ainsi lui donner un coup de chaud. Raison pour laquelle les smartphones les plus performants sont conçus pour résister à des températures pouvant atteindre jusqu’à 90 degrés.

Problème : en période de canicule, nos smartphones peuvent rapidement surchauffer et atteindre des températures records… qui peuvent leur être fatales. « Même les meilleurs écrans sur smartphone, qu’ils soient AMOLED ou LCD, ne peuvent pas supporter une bonne canicule sans broncher », alerte ainsi Romain Vitt, journaliste pour le site Phoneandroid.com. Et celui-ci de préciser : « vous pourrez alors voir des instabilités au niveau des animations, voire des zones qui n’auraient pas résisté aux fortes températures qui laisseraient apparaître de petites tâches. Et évidemment, le plus visible sera une mauvaise réponse à vos gestes sur l’écran tactile ».

En première ligne : les batteries. Celles-ci supportent très mal la chaleur et une température de plus de 60 degrés peut signifier leur « mort ». Et même si nous sommes loin d’atteindre un tel pic de chaleur dans l’Hexagone, les batteries au lithium ne sont pas faites pour endurer des températures supérieures à 30 degrés. Or, lors de la dernière canicule, certaines régions ont enregistré des pics à 45 degrés.

SFAM constate « peu de sinistres liés à la surchauffe »

Mais pas de panique. Si de réels risques existent, « il y a peu de sinistres liés à la surchauffe », confie Olivier Cotte de SFAM, société spécialisée dans les assurances pour mobile. Preuve que les Français savent prendre soin de leur smartphone. En revanche, « nous constatons une hausse des cas d’oxydation accidentelle sur les périodes de fortes chaleurs, car certaines personnes sautent dans des piscines ou s’arrosent pour se rafraîchir avec leur smartphone en poche », regrette Olivier Cotte.

Ainsi, plutôt que de faire prendre un bain à son smartphone, plusieurs experts conseillent simplement d’éviter de le laisser au soleil, de le garder plutôt dans une poche ou dans un sac, de restreindre l’utilisation d’applis comme Netflix, mais aussi les jeux vidéo ou les applis comme Snapchat ou encore Instagram, particulièrement énergivore. 

Des canicules de plus en plus fréquentes

Lionel Costa, responsable du développement du Labo Fnac, insiste de son côté sur l’importance de surveiller les applications qui tournent en tâche de fond et qui envoient régulièrement des notifications. Ce dernier conseille ainsi de les désactiver en cas de forte chaleur, tout comme les périphériques inutiles tels que le Wi-Fi, le Bluetooth et le GPS.

Selon les premiers résultats d’une étude menée par plusieurs experts, dont Robert Vautard, du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (LSCE) et Olivier Boucher, directeur de recherche au CNRS et chercheur au Laboratoire de météorologie dynamique, le risque de subir une canicule est aujourd’hui cinq fois plus important qu’auparavant. Dès lors, mieux vaut savoir prendre soin de son smartphone.


A découvrir