Le désamour du Livret A profite à l'assurance vie

15,7 MILLIARDS €
Depuis janvier, la collecte nette de l'assurance vie s'élève à 15,7
milliards d'euros.

L'assurance vie a effectué une très belle collecte ce mois-ci grâce aux dépôts ayant dépassé les retraits. Elle a donc réuni 3,4 milliards d'euros selon des données publiées jeudi par l'Association française de l'assurance (Afa).

Juillet, mois record

La dernière fois que les chiffres étaient aussi bons, c'était l'année dernière. En juillet 2014, la collecte nette mensuelle était plus élevée et atteignait les 4 milliards d'euros. Néanmoins, 2015 semble encore plus fructueux que l'année précédente. En effet, depuis janvier, la collecte nette s'élève à 15,7 milliards d'euros. Sur la même période, en 2014, l'assurance vie avait engrangé 14,6 milliards d'euros.

Le compte s'établit à 19 mois de collecte nette consécutifs. La preuve que l'engouement des épargnants pour ce placement ne faiblit pas. Au total, 1.572,1 milliards d'euros étaient déposés sur des contrats d'assurance vie en France fin juillet, selon l'Afa, qui regroupe les deux principales fédérations d'assureurs. Les cotisations (ou dépôts) ont baissé de 5% sur un an pour atteindre 12,9 milliards d'euros en juillet, tandis que les prestations (ou retraits) sont restées stables, à 9,5 milliards d'euros. Et face à l'actuelle faiblesse du livret A, que les Français boudent, le surplus d'épargne à placer devrait profiter à l'Assurance vie.

Le succès des unités de compte, un risque ?
 

On appelle aussi cela des supports en unités de compte. Ainsi, sur les sept premiers mois de 2015, près de la moitié de la collecte nette (7,7 milliards) de l'assurance vie provient de ces supports en unités de compte. Ces unités de compte sont actuellement poussées par les assureurs qui les proposent, car elles sont plus rentables pour eux et permettent d'équilibrer leurs portefeuilles face aux contrats en euros. Néanmoins, ces unités sont difficiles à faire fructifier dans le contexte actuel de taux bas lié à la politique monétaire. Les engagements sur 15 ou 20 ans ont plus de chances de rapporter : il faut donc prendre au garde aux ambitions à court terme lorsque l'on se tourne vers la Bourse.



A découvrir

Lea Pfeiffer

Née en 1994, Léa Pfeiffer débute des études en journalisme audiovisuel à l'ISCPA de Paris une fois sortie bachelière de l'Ecole Boulle. Elle écrit occasionnellement des articles pour Economie Matin et le Journal de l'Economie. En parallèle, Léa Pfeiffer a déjà réalisé deux documentaires : "Aveugles 2.0", et "Capitale Zéro Déchêts". 

@aloonontheweb