Attention aux achats sur le site de vente en ligne Wish

1,75 milliard $
Wish a annoncé avoir réalisé 1,75 milliard de dollars de chiffre
d'affaires sur les neufs premiers mois de l'année 2020.

Il est de bon ton de cracher sur Amazon au prétexte que c’est le site leader du e-commerce en France. Mais en réalité, sur 10 euros dépensés sur Internet, moins de 2 euros atterrissent dans les caisses du géant américain ou des vendeurs tiers inscrits sur sa place de marché.

Se méfier des contrefaçons sur Wish

Il y a donc des dizaines, des centaines de sites de vente en ligne en France, beaucoup moins dans la lumière, et dont les pratiques sont parfois, détestables. C’est le cas en particulier de Wish, dont l’essentiel des ventes se réalise depuis le mobile. Le site est américain, mais 90% des produits qui y sont vendus proviennent de Chine. Et là, contrairement à ce qui se passe sur Amazon ou Cdiscount, où les règles de droit français et européen sont globalement respectées, c’est le Far West. 

Sur Wish, les promotions, c’est du bidon. Ce n’est pas moi qui le dit, mais la répression des fraudes. Une procédure judiciaire vient d’ailleurs être lancée sur ce point précis. Plus grave : pour les produits high-tech, ou tout simplement électriques, ce ne sont pas les normes de sécurité et de conformité européennes qui s’appliquent, mais chinoises, et elles n’ont rien à voir. Sur Wish, les contrefaçons sont également légion, et pourtant mises en avant sans vergogne par le site marchand.

Difficile de se faire rembourser

Enfin, en cas de souci avec un vendeur sur Wish, sachant que les annonces sont souvent trompeuses, les clients n’ont souvent que leurs yeux pour pleurer. On leur demande de renvoyer le produit à leurs frais en Chine, pour pouvoir être remboursé, ce qui est tout bonnement inconcevable, tellement le prix de l’expédition dans ce sens là est prohibitif. 

C’est d’ailleurs un des scandales de la vente sur Internet : Des écouteurs Bluetooth envoyés de Chine en France payeront un à deux euros à tout casser de frais de port. En sens Inverse, le tarif sera multiplié par dix ou par vingt. En tout cas, en résumé, si vous achetez sur Wish, sachez que c’est à vos risques et périls. 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).