Les APL vont augmenter en octobre 2021 de... 0,42% !

750 MILLIONS €
La réforme des APL devrait permettre à l'Etat de faire 750 millions
d'euros d'économies en 2021.

Que les locataires qui bénéficient des aides personnalisées au logement (APL) sortent le champagne : une revalorisation est prévue en octobre 2021. C’est en effet la fin du gel de la revalorisation annuelle automatique décidée par le gouvernement Macron après la baisse qui n’a pas manqué de faire scandale.

Une revalorisation de 0,42% des APL le 1er octobre 2021

La fin du gel des APL surviendra le 1er octobre 2021 : à cette date, la Caisse d’Allocation Familiales (CAF) va revaloriser les APL en fonction de la hausse de l’indice de référence des loyers (IRL) calculé par l’Insee. Celui-ci s’est établit, au deuxième trimestre 2021, à 0,42%… Les APL vont donc être revalorisées d’autant. 0,42%, c’est bien moins que l’inflation, attendue entre 1% et 1,5% en France.

La hausse ne sera donc pas importante et n’aura guère d’impact sur le budget des ménages. En effet, alors que le montant moyen des APL en France est de 225 euros par mois (le montant réel varie en fonction des revenus et de la composition du foyer), cette augmentation de 0,42% représente 94 centimes d’euro, soit moins de 1 euro par mois.

Un couple ou une personne seule ayant une personne à charge, en zone 1, qui reçoit le maximum prévu, soit 404,60 euros par mois, verra le montant de son aide augmenter de 1,69 euro.

Malgré la hausse, l’État fait toujours de grosses économies

Cette augmentation minimale des APL va ajouter une dizaine d’euros aux revenus des ménages bénéficiaires par an, ce qui permet à l’État de continuer de faire des économies majeures : en 2018, Emmanuel Macron décidait d’une baisse des APL de 5 euros par mois pour tous les bénéficiaires, soit 60 euros par an, qui est loin d’être compensée le 1er octobre 2021.

De plus, en 2020, la réforme du calcul des APL a permis des économies supplémentaires en indexant les aides sur les revenus des 12 derniers mois (contre ceux N-2) et prévoit que le calcul soit refait tous les trimestres et non tous les ans. Ainsi, le gouvernement espère 750 millions d’euros d’économies en 2021 par rapport à 2020 (un montant revu fortement à la baisse à cause de la crise sanitaire et économique).


A découvrir