La France ne reçoit plus aucune livraison de gaz russe

43 %
43% des importations européennes de gaz proviennent de Russie.

MISE à JOUR : Vendredi 17 juin 2022, GRTgaz a annoncé que la France ne recevait plus aucune livraison de gaz russe, depuis mercredi 15 juin 2022.

Face au soutien de l’Union Européenne contre l’Ukraine, dans le conflit qui l’oppose à la Russie qui l’a attaquée fin février 2022, le Kremlin commence à utiliser son arme ultime : la production de gaz. Le géant gazier Gazprom a annoncé plusieurs baisses de livraisons pour tenter de faire pression sur les pays de l’Union européenne et répondre ainsi aux très lourdes sanctions qui lui ont été imposées.

Moins de gaz pour l’Europe : la menace de Gazprom

« Notre produit, nos règles », c’est ainsi qu’Alexeï Miller, patron de Gazprom, a résumé la situation au forum économique de Saint-Pétersbourg jeudi 16 juin 2022. « La Russie est un fournisseur d'énergie fiable pour les amis de la Russie », a-t-il ajouté.

Une manière simple d’expliquer aux Européens que le géant peut faire ce qu’il veut, quand il veut. D’ailleurs, il est déjà en train de couper les robinets pour l’Union européenne, qui n’est donc désormais plus un « ami de la Russie ». Une hausse de ton qui pourrait créer des problèmes si l’Union européenne ne trouve pas une solution de remplacement avant l’hiver 2022-2023.

Des baisses de livraisons de gaz en série

La situation a commencé à s’envenimer mercredi 15 juin 2022 avec l’annonce de la part de Gazprom d’une baisse de 33% des livraisons de gaz à l’Europe, baisse qui s’ajoute à celles déjà mises en place. L’Italie et l’Allemagne en ont été les premières cibles, les deux pays étant fortement dépendants de cette source d’énergie. L’Italie, pour rappel, ne dispose d’aucune centrale nucléaire ayant refusé leur construction par référendum à la fin des années 80.

Jeudi 16 juin 2022, Eni, géant italien de l’énergie, n’aurait reçu que 65% du gaz demandé à Gazprom ; et le même jour, c’est l’autrichien OMV qui annonce avoir reçu de Gazprom une notification similaire, avec une baisse des volumes de livraisons à venir.

La France également touchée

Sans surprise, alors qu’Emmanuel Macron visite Kiev, la France n’est pas exemptée par cette attaque économique russe. Engie a déclaré, jeudi 16 juin 2022, « une réduction des livraisons ». L’énergéticien français, comme l’autrichien, se veulent toutefois rassurants : la livraison est pour l’instant suffisante.

Mais l’effet sur les marchés a été immédiat, avec une hausse du prix du gaz. Et, surtout, une chute en Bourse de l’action d’Engie de plus de 7% sur la séance du 16 juin 2022. L’action d’Eni a chuté de près de 5% et celle d’OMV de plus de 6%.


A découvrir