Le barème de l'indemnité kilométrique augmenté de 10%

25 %
Les prix des carburants ont augmenté de 25% en un an en janvier 2022.

L'augmentation des prix du carburant en France, situation qui n’est pas cantonnée à l’Hexagone pour autant, a conduit le gouvernement à prendre une nouvelle mesure en faveur du pouvoir d’achat des Français. Après l’indemnité inflation de 100 euros, dont l’efficacité reste à prouver, voilà que l’indemnité kilométrique va être augmentée.

L’indemnité kilométrique relevée pour cibler les travailleurs

L’indemnité inflation avait été versée à tous les Français dont le salaire net était inférieur à 2.000 euros par mois, soit 38 millions de personnes. Une assiette qui avait été critiquée, du fait des effets de seuil mais aussi car elle ne ciblait pas les premiers concernés par la hausse du prix des carburants : les Français qui prennent la voiture quotidiennement pour aller travailler.

Certains d’entre eux, touchant plus de 2.000 euros par mois, n’ont en effet pas bénéficié de cette indemnité inflation, alors que le coût du trajet domicile-travail a fortement augmenté. Jean Castex, Premier ministre, a donc annoncé le 25 janvier 2022 une augmentation de l’indemnité kilométrique. Une mesure, cette fois, ciblée spécifiquement envers les travailleurs qui roulent beaucoup dans l’année.

L’augmentation appliquée pour les revenus 2021

L’indemnité kilométrique, calculée en fonction du type de véhicule (selon les chevaux fiscaux, la motorisation ou encore s’il s’agit d’une voiture ou d’un deux-roues), va voir son barème être « rehaussé de 10% » a annoncé le Premier ministre, promettant un arrêté dès la semaine du 24 janvier 2022. Objectif : que cette nouvelle aide au pouvoir d’achat impacte directement l’imposition des ménages pour 2021.

Le nouveau barème serait en effet appliqué dans le cadre de la déclaration de revenus 2022 que les Français vont devoir remplir à partir du mois d’avril 2022. Néanmoins, l’effet de la mesure risque de tarder : avec la mise en place du prélèvement à la source, les ménages bénéficiaires vont devoir attendre l’été 2022, après que l’administration fiscale a finalisé les comptes, pour être remboursés ou voir leur impôt baisser par rapport à celui de 2021.


A découvrir