Bâtiment : un plan de relance de quatre à cinq milliards d'euros

18 %
La FBB prévoit une baisse de l'activité du bâtiment de 18% en 2020.

Alors que le secteur du bâtiment subit les effets de la crise, Emmanuelle Wargon a annoncé une enveloppe comprise entre quatre et cinq milliards d’euros pour soutenir la construction et la rénovation énergétique. 

Un appel qui a été entendu

Le 7 juillet 2020, la Fédération Française du Bâtiment ( FFB) avait appelé à un plan de soutien au « Bâtiment » au plus vite. « Nous comptons sur Emmanuelle Wargon et Barbara Pompili pour lancer au plus vite un plan de relance audacieux qui allie construction, rénovation et transition écologique » avait précisé Olivier Salleron, Président de la FFB dans un communiqué. C’est chose faite puisque Emmanuelle Wargon, la nouvelle ministre déléguée chargée du Logement auprès de la ministre de la Transition écologique a annoncé dimanche 12 juillet 2020 sur Europe 1, un « plan de relance, on sera autour de 4 à 5 milliards rien que pour le bâtiment et la rénovation ». «Cet investissement est du soutien aux artisans. La rénovation, ça n’est pas que des grandes entreprises, ce sont  aussi des artisans de proximité et de l’écologie » a ajouté la ministre.

Un secteur touché par la crise 

Pour le moment, la ministre n’a pas détaillé son plan, mais précise : « dans la forme, ce seront beaucoup d’investissements sur les bâtiments publics : les universités, les écoles, les hôpitaux ». Un coup de pouce qui s’adressera également aux ménages souhaitant notamment réaliser des travaux d'efficacité énergétique.

Le secteur du bâtiment avait été l’un des premiers à reprendre dès la fin du confinement, sous un protocole très stricte. Pourtant la FFB estime que le bâtiment aura perdu 18 % de son activité, en volume sur l’ensemble de l’année 2020 ainsi que la perte environ 120 000 postes salariés et intérimaires en équivalent-emplois à temps plein d’ici la fin de l’année.

Selon l’enquête des CERC (Observatoires régionaux de la filière Construction) au 29 juin 2020, l’activité avait repris sur 95 % des chantiers, et dans 78 % des cas à rythme « normal ».


A découvrir