Comment vaincre la solitude ?

30 millions
30 millions de comptes Facebook sont ouverts en France.

Beau Bien Bon d'Élisabeth Grimaud, publié aux éditions Marabout (Hachette Livre) 2017, révèle à ses lecteurs une centaine de secrets d'optimisme pour accroître leur bien-être. En voici un extrait : 

Vis comme si tu devais mourrir demain. Apprends comme si tu devais vivre toujours. Ghandi. 

Changer son regard sur les autres (page 161)

Un paysan avait perdu sa hache. Il soupçonna alors le fils de son voisin de la lui avoir prise et se mit à l’observer. Son allure était typiquement celle d’un voleur de hache. Son visage était celui d’un voleur de hache. Les paroles qu’il prononçait étaient celles d’un voleur de hache. Toutes ses attitudes et tous ses comportements trahissaient l’homme qui a volé une hache. Un peu plus tard, en déplaçant un tas de bois, le paysan retrouva sa hache. Lorsque le lendemain il regarda de nouveau le fils du voisin, celui-ci n’avait plus rien d’un voleur de hache, ni dans l’allure, ni dans l’attitude, ni dans le comportement. 

Parabole chinoise

Comme chez ce paysan, la société privilégie le doute, invitant à envisager d’emblée la culpabilité de l’autre, dont l’image est alors biaisée par la méfiance qu’on lui porte. Et tout comme pour ce paysan, on porte le mauvais regard sur les gens. Mais une fois que la mauvaise étiquette a été posée sur quelqu’un, le cerveau crée une association dont il est difficile de se défaire.

Ensemble mais souvent seul (page 165)

Les réseaux sociaux rassemblent de plus en plus de monde. Facebook compte aujourd’hui plus de 30 millions de comptes ouverts en France, soit près de la moitié de la population. Pourtant, les Français disent qu’ils se sentent seuls et les sites de rencontres ont un succès phénoménal. Car nous vivons ensemble sans l’être. Le virtuel n’offre pas de connexion suffisante à l’autre. Une amie m’expliquait récemment qu’il était rare que son compagnon, ses deux enfants de douze et dix-sept ans et elle arrivent à voir un film tous ensemble. Une fois l’idée lancée, tout le monde s’assoit devant l’écran, mais rapidement les enfants désertent le salon, l’un distrait par un appel téléphonique, l’autre préférant sa tablette à ce moment en famille. Je constate la même chose chez moi si nous ne nous engageons pas à partager une activité commune. Chacun est happé par des occupations toujours plus intéressantes et finit par se retrouver seul devant son écran.

Ensemble, mais seuls, sans résonance. Mais si nous décidons vraiment de faire quelque chose ensemble, portables et écrans sont mis de côté et nous passons un bon moment. J’aimerais parfois qu’il n’y ait pas d’écran à la maison. Certains y parviennent et je les en félicite. Pour compenser cette présence intruse dans notre famille, j’essaie d’accorder régulièrement un moment d’attention à chacun, un temps de discussion, de jeu, de partage, de résonance et d’amour. Et malgré des emplois du temps différents, entre déplacements, retours tardifs et activités des enfants, nous avons fait le choix de préserver le moment du dîner comme un temps à partager. Alors on s’attend pour manger ensemble. Tous les jours, nous savourons ainsi la présence de ceux que nous aimons.

Lien d'achat  : http://livre.fnac.com/a10188422/Elisabeth-Grimaud-Beau-bien-bon

Page Facebook : https://www.facebook.com/beaubienbonOfficiel/

Vous aimerez aussi : A-t-on besoin des autres pour être heureux ? 


A découvrir


Élisabeth Grimaud

Elisabeth Grimaud, est membre d’un laboratoire de recherche CNRS, et prépare actuellement un doctorat sur l’entraînement cérébral par les activités de loisirs. Afin de rendre accessible la méthode Beau Bien Bon à un maximum de personnes, des ateliers pratiques sont mis en place partout en France.