Attention à votre épargne ! La BNP ne veut plus utiliser le mot "sécurité" pour ses fonds !!

0,4 %
La BCE depuis plusieurs mois un taux de dépôt négatif à -0,4 %.

Plusieurs de nos camarades, aussi impertinents qu’insolents, m’ont fait passer cette information assez révélatrice du mouvement à l’oeuvre sur l’épargne, et évidemment cela vous impacte directement.

La BNP refuse désormais d’utiliser le mot « sécurité » pour ses fonds de placements et c’est un aveu majeur !

N’imaginez pas que la BNP soit la seule, ou encore qu’elle est plus méchante que les voisines. Il ne s’agit de rien de tout cela mais d’une simple adaptation sémantique de grande importance au nouveau contexte de taux négatifs.

En effet, la loi impose aux banques d’utiliser des termes plutôt clairs et qui ne prêtent pas à confusion ou n’induisent pas en erreur les clients et les épargnants qui ne sont pas des « professionnels » de la finance.

Jusque-là, que du bon sens, et finalement une approche sur laquelle tous les gens raisonnables devraient être d’accord.

Sauf que cette approche a des conséquences très concrètes, ce qui était justement le but recherché.

bnp-multipar-securite

Multipar sécurité plus devient Multipar Monétaire Sélection

Pourquoi un tel changement ?

Parce que, et je cite la BNP :

"Les placements monétaires ne permettent plus de préserver le capital."

Auparavant, les marchés monétaires alliaient performance raisonnable et limitation du risque de perte en capital. Ils affichent désormais des rendements légèrement mais durablement négatifs, du fait de la politique de soutien de l’économie menée par la Banque Centrale Européenne.

Un nom en phase avec cette nouvelle donne : le terme « sécurité » pourrait porter à confusion suite à l’évolution des marchés monétaires. Nous avons choisi de le remplacer pour davantage de lisibilité » !

« Nous avons choisi de le remplacer pour davantage de lisibilité » certes, mais aussi pour éviter d’éventuels procès ou amendes qui ne manqueraient pas de tomber dans un futur plus ou moins proche.

Qu’y-a-t-il de sûr dans un contexte de taux négatifs ? Qu’est-ce que la « sécurité »?

Une fois que vous avez compris la situation et ce communiqué, à savoir que les placements monétaires ne peuvent plus « garantir » le capital, cela doit vous amener à vous interroger sur la notion du coup de « sécurité » de vos placements.

Si votre capital diminue, manifestement, votre placement n’est pas franchement judicieux, mais pourtant il s’agit dans ce cas de placements monétaires qui ont toujours été réputés justement sûrs et sans risque, d’où leur nom incluant des termes comme « sécurité ».

Même la « sécurité », en notre bas monde devenu absurde économiquement, n’existe plus. Alors où placer son argent ? Quelle est la nouvelle « sécurité » et y en-a-t-il seulement une ?

Eh bien au risque de vous décevoir, l’époque de la rente facile, sans effort et sans risque est bel et bien révolue. Il n’y a plus aucun placement financier sûr.

Et c’est exactement cela que vient de vous expliquer officiellement et clairement la plus grosse banque européenne et accessoirement… française ! Il ne vous reste plus que l’or ou presque, ce que j’explique depuis longtemps car il est logique que la situation économique nous conduise à ce type de choix. Tout est finalement assez logique et prévisible.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.