Boursorama candidat au rachat d'ING France

20 milliards d'euros
ING vante la cession de 20 milliards d'euros d'activités.

La banque en ligne et filiale de la Société Générale souhaite, par ce rachat, accélérer son développement pour atteindre son objectif d’avoir 4 millions de clients d’ici à 2023.

Rachat d'ING France, un choix incertain

La Société Générale devrait remettre une offre indicative au groupe néérlandais entre fin septembre 2021 et début octobre 2021, selon le journal Les Echos. L’objectif de Boursorama d’atteindre les 4 millions de clients pourrait être atteint dès 2022 si elle arrivait à acquérir ING France et son portefeuille de clients, estimé à quelques centaines de milliers de personnes. Au deuxième trimestre de l’année 2021, Boursorama possédait environ 2,9 millions de clients.

D’autres banques pourraient être intéressées par ce rachat. C’est le cas de LCL, la filiale de Crédit Agricole, qui pourrait y trouver une opportunité de renforcer son fonds de commerce. Le fonds américain Cerberus pourrait également être intéressé. Ce dernier a déjà pris en son sein en juin 2021 les 800.000 clients de HSBC en France. Orange Bank, dont l’actionnaire a échoué à ouvrir le capital, pourrait voir dans le rachat d’ING la même opportunité que Boursorama, c’est-à-dire de renforcer son portefeuille de clients. En revanche, BNP Paribas, BPCE, le Crédit Mutuel et la Banque Postale ne sont pas intéressés.

Plusieurs milliards d’euros d’activités

Pour beaucoup, le dossier est complexe car ING déclare la cession d’environ 20 milliards d’euros d’activités. Mais ces 20 milliards d’euros pourraient s’avérer peu rentables pour les banques. La moitié de ceux-ci seraient en effet des dépôts tels que le Livret A ou des PEL et l’autre moitié de l’épargne hors bilan comme par exemple de l’assurance-vie. 

Acquérir ING permettrait à la Société Générale de couvrir les frais de conquête qui s’élèvent à 230 millions d’euros entre 2021 et 2023 et qui font baisser les résultats. Pour la Société Générale qui est en train de fusionner son réseau à celui du Crédit du Nord, le rachat d’ING serait un chantier supplémentaire mais rentable.

 


A découvrir