3 salariés sur 5 se disent gênés par le bruit au travail

9 %
9% des salariés affirment avoir démissionné pour cause de bruit au
travail.

59% des salariés français se disent gênés par le bruit sur leur lieu de travail, dont 19% « souvent » et 40% « de temps en temps », révèle un sondage IFOP pour l’association Journée nationale de l’audition, qui organise une Semaine de la Santé Auditive au Travail du 14 au 18 octobre 2019.

Bruit au travail : les sources « non humaines » en tête

Au travail, les nuisances liées au bruit sont plus fréquentes qu’on le pense. Un sondage IFOP pour la Journée nationale de l’audition nous apprend qu’en 2019, 59% des salariés en souffrent. On observe d’ailleurs une hausse de 7 points par rapport à 2018.

Les sources de bruit les plus fréquemment citées sont le bruit provenant de l’extérieur des locaux (20%) et les matériels utilisés (20%). Viennent ensuite des sources « humaines » comme les conversations téléphoniques (13%) ou les conversations entre collègues (13%). Les nuisances sonores provoquées par les matériels utilisés semblent être les plus intenses puisque 33% des interviewés « souvent gênés » par le bruit au travail citent cette source en premier.

Bruit au travail : 40% des salariés évoquent une perte de productivité

Une majorité des salariés interrogés (67%) affirment que les bruits et nuisances sonores ressentis au travail ont des conséquences négatives sur leur santé au quotidien. Il s’agit avant tout de fatigue, de lassitude, d’irritabilité dans la vie quotidienne (54%), mais aussi de stress (46%). 34% des personnes interrogées déclarent qu’il engendre une gêne auditive momentanée, et même des acouphènes pour 25% des personnes concernées. Par ailleurs, 32% évoquent des troubles du sommeil et 25% une souffrance psychologique.

Au-delà de l’enjeu de santé publique et de qualité de vie au travail, la réduction du bruit est un enjeu économique, 40% des salariés se disant moins productifs lorsqu’ils sont dans un environnement bruyant. 36% évoquent par ailleurs des incompréhensions avec leurs encadrants, 32% de l’agressivité dans les échanges, 31% des tensions ou conflits au sein de l’équipe et 28% des comportements de repli sur soi.


A découvrir