Budget 2020 : Bruxelles demande des explications à Paris

2,2 %
Le déficit français devrait s'établir à 2,2% du PIB en 2020.

Le projet de budget 2020 pour la France soulève des interrogations au sein de la Commission européenne. Le gouvernement va devoir fournir des explications.

Le vice-président de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, et le Commissaire en charge des affaires économiques Pierre Moscovici ont envoyé un courrier au ministère de l'Économie pour avoir quelques explications sur le projet de finances pour 2020. Selon Bruxelles, le budget français pour l'année prochaine ne contient aucun effort structurel pour réduire la dette du pays. La partie structurelle du déficit budgétaire du pays ne baissera pas, selon la Commission européenne. En 2020, la dette publique s'établira à 98,7% du PIB, une baisse modeste alors qu'elle sera de 98,8% en 2019. Le gouvernement fait valoir que le déficit sera ramené à 2,2% du produit intérieur brut l'année prochaine, sous le seuil des 3% européens donc. Mais cet objectif reste en-deçà de celui que s'était précédemment fixé l'exécutif. Rappelons que le déficit sera de 3,1% en 2019 alors qu'il avait atteint 2,5% en 2018.

Demande de clarifications

Bruxelles attend des « clarifications », qui devront être fournies d'ici ce mercredi. Bercy devrait expliquer que la crise des « gilets jaunes » en fin d'année dernière a forcé le gouvernement à mettre en place des mesures en faveur du pouvoir d'achat, réduisant par conséquent les économies qu'il comptait réaliser pour réduire la dette du pays. Des arguments que Bruxelles devrait entendre, alors que le projet de loi de finances est actuellement discuté au Parlement.

Rome aussi dans le viseur

La Commission européenne a également envoyé un courrier au gouvernement italien, dont la dette atteint 135% de son PIB. Bruxelles reproche à Rome de ne pas avoir respecté l'objectif de réduction de la dette pour l'année prochaine. L'exécutif italien, qui a retrouvé ses accents pro-européens après le départ de Matteo Salvini, va fournir les clarifications demandées, tout en poursuivant le dialogue avec la Commission.


A découvrir